Off the map – Episode 1.01 – Series Premiere

. / Saved by the great white hope
Saison 1, Episode 1
Diffusion vo : ABC – 12 janvier 2011



Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sont dans la jungle, ils soignent les gens et son payés en poules ! Le rêve total. Ou pas.




Il y a sûrement du public pour cette série, ça ne fait aucun doute. C’est un peu Grey’s Anatomy 3. Après Grey’s Anatomy à la plage avec Private Practice, on a Grey’s Anatomy dans la jungle. Vivement Grey’s Anatomy fait du ski et Grey’s Anotamis pour la vie.
il faut dire qu’il ne fallait pas s’attendre à autre chose de la part de Shonda Rhimes. Elle a son créneau médecins à l’eau de rose et elle en profite. Le problème est qu’elle pourrait faire un effort pour pondre un truc qui ne laisse pas l’impression d’avoir été écrit en 5 minutes aux chiottes.


Parce que bon, la caractérisation des personnages, ce n’est vraiment pas ça. Oui, ils ont une super vie, oui les jeunes sont un peu chieurs mais pas trop, oui, les « vieux » (30/35 ans quoi) sont cools et voilà. Bon, ils ont une histoire personelle trop déchirante mais il ne faut pas qu’ils la racontent parce qu’ils passent encore plus pour de gros abrutis du coup. Mention spéciale pour le coup à Tuberculodocteur qui retire son masque et roule quasiment une pelle à des mourants de la tuberculose et qui est là pour rendre son papounet fier de lui alors que jusqu’alors c’est une putain de grosse feignasse fétarde qui a fait médecine dans le but de poser de faux seins aux stripteaseuses. Et bien, t’es encore plus crétin que ton physique le laissait deviner. Sans déconner, personne ne lui a expliqué que les millions qu’il va se faire avec les seins en plastique, ça rendra fier son père ? Surtout quand celui-ci aurait refait gratos les seins de sa petite amie de 20 ans. Parce que bon, vu le père que ça a l’air d’être, c’est clair qu’il va larguer maman pour se la péter avec une jeunette. C’est cliché, c’est ce qu’aime Shonda donc roule ma poule, ça finira dedans.


Rien à sauver des docteurs donc qui ne donne pas du tout envie de s’attacher à eux et dont on voit déjà les couples se former et les triangles prendre forme. Super. Après du cul à Seattle, du cul à la plage, voici du cul dans la jungle.
Si on ne peut pas sauver les docteurs, sauvons les patients. Ou pas. Ca dépend de si c’est la saison de récolte des noix de coco ou pas. Si oui, tu es sauf ou presque, sinon, bah crève. C’est résumé un peu vite fait mais bon, les patients n’apportent rien. On ne s’attache pas non plus à eux et ils n’apportent rien hormis un coté over ze top plutôt bienvenue. Prenons l’exemple de la vieille qui remercie avec une poule. Bon, certes, c’est un chouia raciste quand même mais c’est tellement over ze top que ça m’a fait pouffer de rire.


Mais cela n’est rien comparé à Perry White du Daily Planet qui n’est pas Perry White ici mais un veuf qui veut rendre hommage à sa femme en venant sur les lieux de leur lune de miel. Premier moment over ze top avec le sauvetage sur les filins. Plutôt efficace et probablement le meilleur moment de l’épisode je crois. C’est bien over ze top comme il faut avec les dialogues à mourir de rire « bon alors à droite, tu avances, à gauche tu freines » « mais ce n’est pas dangereux ? » « euuuh, à droite tu avances, à gauche tu freines ». Comment ne pas exploser de rire là ? Puis elle enchaine en se le prenant de plein fouet parce qu’elle n’arrive pas à freiner. Puis le mec de True Blood (bah oui, il ressemble à Sam, j’y peux rien moi) qui est là et ne sert strictement à rien. Puis l’opération à coup de noix de coco. Puis l’héliportage vers un vrai hôpital parce que sa vie est en jeu mais non, parce qu’avant, il doit aller au lac magique pour sa femme. C’est tellement énorme et improbable l’ensemble que ça a un coté génial (comme dans les génies fou, pas comme dans génialement bien).


Si il n’y a rien sur le fond, la forme peut sauver le truc non ? Et bien, je dirais non. Là encore, on est parfois dans le over ze top, surtout coté musique qui enchaine musique de pub pour café colombien à la grande symphonie façon héros qui rentre de la guerre. C’est là encore du grand n’importe quoi.
Coté images, c’est sympa on va dire. Le problème est que ça fait limite visite guidée des décors de Lost. Hawaii est pourtant suffisament grande pour éviter de reprendre les mêmes lieux de tournages que Lost qui sont quand même assez emblématiques. Tiens, rien que la scène d’introduction, je suis désolé mais je voyais Jack se battre contre Ben sous la pluie artificielle parce qu’il faisait beau ce jour-là et que du coup, la pluie ne tombait pas dans le même sens suivant les plans (fin de la dernière saison). Sans oublier les jolis plans baladons-nous au bord de la mer jusqu’à une station Dharma ou le phare.
Et puis aussi, c’est trop propre. On est au milieu de la jungle où il n’y a pas de traces de civilisation mais il n’y a pas un grain de poussière dans la clinique et les vieux vêtements des gens font trop sortis tout droit de la machine à laver. Ca craint de représenter comme ça la vie trop difficile de là-bas.


Bref,

Le pilote est raté car rien ne tient la route à part son coté over ze top qui va très loin. Ce premier épisode rate son coche puisque je n’ai pas envie de voir la suite. Cela pourrait progresser, il y aurait du potentiel mais avec Shonda Rhimes derrière, cela tournera à du cul sous les palmiers entre deux personnages inattachants au possible. J’arrête donc là pour ma part mais cela pourra faire un bon guilty pleasure pour certains, j’en suis certain.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire