The Gates – Episode 1.12

. / Bad moon rising
Saison 1, Episode 12 sur 13
Diffusion vo : ABC – 19 septembre 2010



La décision du couple formé par le maire et sa fiancée plonge la communauté dans la méfiance et force Devon à passer à l’action.




Avant dernier épisode de la belle petite surprise estivale qui, certes, ne cassait pas une canine à un vampire mais qui était plutôt agréable à suivre, les personnages s’avèrant assez sympathiques pour une bonne partie d’entre eux. Bon, là, pas trop de bol, l’épisode se centre sur des personnages au capital sympathie bien bas.


Commençons par ceux à coté de la plaque. Je veux bien sûr parler des ados qui ont leur intrigue déconnectée de leur coté. Andie continue à consommer son remède miracle pour culbuter Charlie. Enfin, pour qu’ils se tiennent par la main parce que le petit Charlie, il a peur, il stresse, il a le trac quoi. Et pas parce qu’elle va lui pomper tout son fluide vital. Non, non. Juste parce qu’il a peur de ne pas réussir à lui rouler une pelle ou qu’il a peur qu’il révèle une haleine de chacal qui la ferait fuir. Passionant tout ça.
Pour corser un peu le tout, on ramène l’ex loup garou jaloux qui est donc de retour (il était parti ?) qui voit d’un mauvais oeil de se faire piquer son ex. Donc il se comporte en pervers en matant son ex dormir et en regardant de façon très louche le flacon du remède miracle diabolique. ouh, je stresse là. Trop trop peur de ce qui va lui arrivait à la petite succube démoniaque encore moins dépravée que le père Camden de 7 à la maison. Mode ironie sarcastique off.


Le reste de l’épisode se concentre donc sur la maire et sa jeune femme Vanessa, vampirette de son état. Il est prêt à vivre éternellement avec elle et donc devenir vampire. Ce qui pose problème aux loup garous puisqu’il se posait en arbitre des deux camps rivaux et ennemis mortels que sont les loup garous et les vampires. En choisissant un camp, il rompt l’équilibre. C’est triste pour lui dès le départ vu que tout le monde se contrefout un peu beaucoup de ce personnage trop peu vu pour que le téléspectateur comme moi pour ne pas me citer puisse s’attacher vraiment à lui. Qu’il vive, qu’il suce, qu’il morde, qu’il crève, je m’en bats les roubignolles sévère. Et donc il meurt, empoisonné, suite à la jalousie de son ex Devon, personnage auquel personne n’a pas s’attacher tellement elle n’était là qu’à mi-temps avec son plan super grave qu’on ne connaitra jamais vu que je ne crois pas que tuer la petite amie de son ex sur le coup de la colère fut le super plan démoniaque prévu à la base. Ca ne peut pas être seulement ça. Et pourtant, j’ai quand même un doute en raison de l’emboitement des pièces du puzzle avec l’hypnose de Sarah et le sang de Claire. En plus, si c’est ça son plan ultime, je dis : pauvre fille, va te cacher. Bonjour la honte qu’elle colle à tous les méchants de séries et de fictions en général.


Et pourtant, l’ensemble de l’intrigue tournant autour de la défiance des races puis du meurtre de Vanessa fonctionne bien. C’est bien rythmé et les révélations tombent au bon moment, sans grande surprise non plus mais cela reste efficace quand même. Le gros avantage de cette intrigue, c’est aussi qu’elle a le mérite de enfin lier tous les personnages hormis ces boulets d’ados boulets. Et cela manquait quand même depuis le début de la série de ne pas voir vraiment les espèces interagir dans des intrigues d’espèces (on a juste eu des jalousies entre femmes qui auraient eu lieu même si elles n’avaient pas été surnaturelles)


Bref, 7/10

Un épisode qui a le mérite de mélanger les espèces dans une même intrigue et une même direction et qui le fait efficacement, à défaut d’être imprévisible et originale. Le vrai regret vient plus du manque de développement du maire et de l’antipathie provoquée par Devon qui va encore occuper le centre du final vu le cliffhanger. Allez zou, direction le final !

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire