Covert Affairs – Episode 1.03

. / Southbound Suarez
Saison 1, Episode 3
Diffusion vo : USA Network – 27 juillet 2010



Annie se prend de passion pour un footballeur, ce qui lui permet d’atteindre sa soeur auprès de qui elle doit récupérer des infos sur les finances de son amant pas très net.




Ca y est. Annie commence à voyager de part le monde. Mais elle reste néanmoins crédible. La justification de sa présence à Caracas sonne juste à défaut d’être super justifiée professionellement parlant puisque l’agence l’envoit sans problème sur le terrain, sans expérience, alors que le précédent agent est mort car découvert. Ce qui n’est pas très étonnant tant les agents locaux font très nuls avec leurs chapeaux clichés, leur espionnage en les fixant depuis la table d’àcoté sur une terrasse ou les échanges peu glorieux de téléphone. Soit la production a voulu joué le second degré, soit elle prend son téléspectateur pour un abruti fini qui ne comprendra pas si les personnages ne se baladent pas chacun avec une pancarte indiquant leur situation.


A coté de cela, la mission reste d’un grand classique. L’agent séduit le membre de la famille d’un proche du méchant et le « retourne » pour gagner. Mais Piper Perabo par son jeu et le personnage un peu maladroit d’Annie en lui-même permet à l’ensemble de passer. C’est un peu lourd à digérer mais ça se digère quand même. Néanmoins, il faut vraiment et absolument que les scénaristes se creusent plus la cervelle pour les missions du jour histoire qu’on évite de voir venir 5 minutes à l’avance tout ce qui se passe dans l’épisode. Le passage en Ferrari est parfaitement représentatif de celà. Il est impossible de ne pas avoir un rebondissement d’avance.


Du coté de l’agence, pas de Peter Gallagher, un service minimum de Christopher Gorham et « Mohinder » de Heroes qui justifie bien son statut d’emploi fictif, sauf si il a été engagé comme plante verte d’arrière plan et là, je dois dire qu’il joue à la perfection la plante verte.


Bref, 5/10

Covert Affairs ne décolle pas. Je ne demande pas non plus du Alias ou du Mission Impossible, on est après tout sur Usa network, ce qui implique du facile de dimanche après-midi. Mais la série pourrait tout de même faire un effort et miser sur le fun pour éviter de rester une série plan-plan. Pour l’instant, le soufflet de la découverte retombe et cet épisode se laisse regarder mais si on le rate, bah, ça ne manque pas. Il faut secouer tout ça !
Oui, certains vont me trouver indulgents mais comment peut-on vraiment en vouloir à un épisode qui cite Thierry Henry comme référence du football « soccer » ?

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire