The gates – Episode 1.04

. / The monster within
Saison 1, Episode 4 sur 13
Diffusion vo : ABC – 18 juillet 2010



Tandis que Nick et Dylan mettent de coté leur animosité en prévision de la fête de leurs filles, les ados loups se font remarquer.




Ca y est. Le show se lance. Nick sait enfin, Andie sait enfin et les pulsions réprimées des uns et des autres se réveillent. La série avance donc à un bon rythme pour l’instant, ce qui doit arriver arrive et le fait au bon moment. Pourtant, cela reste hyper hyper classique. La série ne prend aucun risque et enchaine des situations trop convenues à mon goût. Cela ne retire rien au plaisir de suivre ces abrutis (oui, ils sont tous un peu abrutis quand même) mais bon, un peu plus d’originalité ne ferait pas de mal. Et ne pas kelleyriser les sorcières aussi seraient sympas même si elles ne me manquent pas du tout pour le moment.


Donc pour en revenir aux intrigues, Brett se découvre des corones. Le voilà qui aime courir poils au vent dans les bois et bouffer les chasseurs qui passent par là. Et il emballerait bien la petite louve le coquin. Moi aussi je ne lui dirais pas non à celle-là. Mais voilà, elle se laisserait bien tenter mais il faut obéir au mâle alpha, Lucas, l’abruti qui court sur la trajectoire des balles.
C’est globalement assez intéressant le développement que prend la meute des ados footballeurs garou. Brett gagne en sympathie avec cet épisode et n’apparait plus comme un handicapé mental. En plus, on semble s’orienter vers une guerre de pouvoir au sein de la meute avec l’inconnue du coach : est-il lui aussi un loup ou juste leur « Igor », fidèle serviteur des basses besognes ?
Ils me plaisent bien les loups en ce moment. Je regrette juste qu’ils aient laisser tomber les BMX …. Quoique non en fait ^^


Comme Brett s’occupe plus de sa nature lycanthrope qu’autre chose, Charlie le fils de Nick a le champ libre avec Andie la succube qui s’ignore qui ne le calcule même plus le pauvre Brett en fait. Les voilà donc tout kissou kissou et ça ne réussit pas à Charlie qui se sent très faible. L’infirmière fait passer cela pour une bonne petite mononucléose, dite la maladie du baiser. Mais il devient urgent que papounet parle à Andie, ce qu’il fait off screen. Et là, ça peut être intéressant. Va t’il tout avouer à Andie ou va t’il encore arranger la vérité à sa sauce ? Va t’elle savoir qu’elle est une grosse chaudasse nympho obsédée ? Et comment va t’elle réagir ? Va t’elle l’assumer ? Va t’elle lutter contre sa nature ? Et Charlie dans tout cela ? Ca pue quand même fortement le comportement chaudasse et l’aveu à Charlie dans un moment de lucidité où elle n’aimera pas ce qu’elle est devenue et Charlie qui va l’aider à surmonter tout cela parce qu’ils s’aimmmmmeuuuuuuuh.


Il reste donc l’intrigue Nick. Comment faire copain – copain avec le père de la meilleure amie de sa fille alors qu’on a passé tout son temps à l’accuser peu discrêtement d’être un tueur psychopate ? Et là, j’ai plutôt aimé la gêne entre les deux ou on sent qu’un rien pourrait les faire devenir amis comme leurs femmes le sont devenues mais bon, ce sont des hommes alors la maladresse sociale est là. C’était globalement bien joué de la part des scénaristes qui ont plutôt bien retranscrits cela et des deux acteurs qui l’ont bien joué.
Mais le vrai intérêt et là pour le coup, ce fut très mal écrit, c’est Nick qui révèle son passé. Il le fait comme ça, sans raison, en nouant sa cravate. C’est vrai que le nouage de cravate est un moment de profonde introspection sur sa vie et son passé, c’est bien connu. Donc le voilà qui y repense sans raison et qui avoue tout à sa femme toujours sans raison. En gros, il a tué un violeur qui allait s’en sortir parce qu’il ne supportait pas qu’il reste libre comme l’air. Du coup, sa femme sans personalité va lire un bouquin dans son lit en guise de réaction. Et c’est le moment hyper subtil où on nous montre la petite Shannon Luccio s’armer. ROulement d’yeux, soupirs … Oui, donc est-ce la fille, la femme ou la soeur de celui qu’il a tué et qu’elle veut venger ? Oh tiens, la soeur. Super. Et elle décide d’aller le tuer dans les bois plutôt que dans un endroit désert autour de la fête. Bah oui. Et aaaaaaaaah ! Mais Dylan est un vampire !!!! Là, pour le coup, je fus surpris. C’était évident qu’il y allait avoir intervention mais j’aurais bien vu Brett le loup. Pas Dylan pour la bonne et simple raison que je croyais bêtement qu’il était humain. Disons que j’ai envisagé son intervention (il le regarde partir de façon suspecte après tout) mais pas en tant que vampire. Là pour le coup, c’était vraiment très bon. Nick sait et il a une dette. Comment va t’il réagir maintenant ? Va t’il tout apprendre sur la communauté et nous avec par la même occasion ou va t’il se limiter à Dylan ? (c’est que Nick n’a pas l’esprit le plus vif du monde quand même donc si on ne lui explique pas clairement les choses …)


C’est donc enfin le vrai lancement de la série. Les personnages ont été bien posés, leurs relations aussi et maintenant, on peut enfin jouer ouvertement avec eux. Le seul reproche à faire et il est quand même d’une certaine taille, c’est que la révélation à Nick est très mal amenée dans cet épisode. C’est trop convenu et trop poussif. Les scénaristes avaient un but à atteindre et ils ont pris le chemin le plus facile pour y arriver, c’est dommage.


Bref, 7.5/10

Episode charnière pour la série qui peut enfin vraiment se lancer. Les révélations sont mlaheureusement encore trop convenues et mal amenées mais cela ne vient pas gacher le plaisir que j’ai à suivre cette série, plaisir qui grandit d’épisode en épisode.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire