Homeland – Episode 2.06

A gettysburg address

Saison 2, Episode 6 sur 12
Diffusion vo: Showtime – 4 novembre 2012

Il est temps de tirer profit de Bordy et la CIA passe à l’action pour remonter la fillière terroriste. Mais tout ne va pas se passer comme prévu …

La tension allait forcément retomber avec cet épisode. C’était obligé tant le précédent allait loin. Et il était évident que de part les rythmes de production d’une série, Carrie et Brody seraient plus en retrait cette semaine. Du coup, je m’attendais à voir du Saul mais non, il continue à être l’emploi fictif de la saison. Au contraire, les scénaristes ont cru intéressants d’axer les 3/4 de l’épisode sur le moins palpitants: Mike et Dana.

Du coté de Mike, il continue son enquête sur les réelles conditions de la mort de Tom Walker. C’est lent, très lent et encore une fois, David étale toute sa stupidité de chef de la CIA cliché. Et du coup, Saul avec me déçoit. Personne ne s’est dit à un seul instant que si le boss de la CIA lui dit d’arrêter les recherches, cela allait encore plus le motiver à creuser pour connaitre la vérité ? Non ? Vraiment ? Quels cons quand même … Faut pas s’étonner ensuite si les attentats réussissent sur le sol américain …

Pour Dana, C’est du Kim Bauer 2.0 mais en moins fun et moins sexy (mais là, c’est juste une question de goût personnel: je préfère Elisha Cuthbert, graphiquement parlant). Sans grande surprise, l’accidentée meurt, Dana le sait, Dana crise, et l’autre est un gros connard qui tient à son standing et celui de papounet. Prévisible, cliché et pas passionant. J’espère simplement que c’est une mise en route poussive pour une intrigue qui se révèlera bonne par la suite parce qu’il y a matière à livrer du lourd du coté des secrêts, des implications et de ce que peut faire un politicien pour préserver les apparences et son pouvoir.

Enfin l’enquête de la CIA nous conduit vers le lieu de naissance de la veste maudite. Et si l’idée globale est correcte sans être originale, l’ensemble est trop caricatural et cliché pour être vraiment captivant. La recherche dans la boutique est juste plombé par la grosse marque chelou au mur qu’ils mettent trois plombes à remarquer (et encore, il faut que Carrie téléphone pour faire part de son « intuition » avant qu’ils poussent les recherches), les ennemis qui débarquent en bourrin, c’est abusé et la blessure du mystérieux pote à la journaliste est trop facile. Seul Quinn s’en sort bien avec son idée de faire le mort qui était bien trouvée.

Il reste Carrie et Brody. Comme il fallait s’y attendre, on a droit au service minimum coté présence et on alterne le bon et le moins bon. Par exemple, pour Carrie, c’est très bien de la voir au coeur de l’action à la CIA, diriger sa petite troupe et tout ça et puis il y a cette fin où elle débarque en hystérique au bureau de Brody. Certes, elle est dérangée et imprévisible mais là, c’est un poil abusif quand même.
On retrouve cette dualité avec ses rapports avec Quinn. J’aime bien l’idée qu’il lui fasse confiance et la suive. Par contre, suis-je le seul à avoir l’impression qu’il fait tout ça parce qu’il veut se la taper ? En fait, cette impression me vient surtout de ses rapports avec Brody. J’ai vraiment trop l’impression de le voir se conduire comme un amoureux jaloux de ne pas avoir la belle demoiselle.

Bref, 5/10

Episode de transition qui fait un peu trop dans l’abusé à tous les niveaux (Rencontre de Dana à l’hôpital, les terroristes qui débarquent en bourrin, l’attitude de David et Saul avec Mike …). Le potentiel est encore là mais maintenant, je sens que la série peut basculer dans le génial (si ils exploitent bien le secret de l’accident et ses implications politiques par exemple) comme dans le pire (triangle amoureux Carrie / Brody / Quinn, grand guignolesque d’un énième retournement de Brody ….)

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire