Ringer – Episode 1.18

That woman has never been a victim her entire life

Saison 1, Episode 18 sur 22
Diffusion vo: The CW – 20 mars 2012

Bridget se trouve au chevet de son faux mari qu ise remet doucement alors que Henry commence à avoir de sérieux soupçons sur Siobhan …

Ringer continue son mouvement amorcé la semaine précédente et continue à nous lier tous les éléments et délivrer quelques réponses. Ainsi, on revient sur le gars qu’elle a tué au loft dès les débuts de la série et dont le cadavre avait disparu. On apprend qu’il est envoyé par son « pote » indien qui veut la tuer. Et là, on sent bien que ce rebondissement aurait dû arriver beaucoup plus tôt, dans le cadre d’une saison en 13 épisodes. Parce que là, mettre subitement Bridget / Siobhan en danger d’avoir d’autres tueurs envoyés à sa poursuite, ça tombe à plat, après plusieurs mois depuis ce meurtre. Le gars a attendu pour quelle raison au juste ? Ah les joies des 9 épisodes supplémentaires qui allongent la sauce et rendent certains points bidons …

J’ai bien apprécié Henry qui se met à remettre en question Siobhan après avoir découvert qu’elle n’était pas si claire que ça, chose confirmée par Tyler, qui lui balance qu’ils ont couché ensemble pendant plusieurs mois. Ok, soit. Mais pourquoi il semble à nouveau à son service, tel un brave chien-chien sur la fin de l’épisode ? De même, pourquoi il se décide subitement à demander à son beau-père de retirer l’argent investi chez Martin-Charles ? Il aurait dû le faire plus tôt. Il est quand même au courant de l’arnaque depuis bien longtemps. Et là, soudainement, pouf, tiens, je vais lui dire. Certes, Henry n’est pas le gars le plus fut-fut de Manhattan mais quand même … En tout cas, j’ai bien aimé la mise en scène de sa rencontre avec Tyler et du meurtre accidentel de Tyler. Là encore, pourquoi en parle t-il à Siobhan ? Il sait que c’est une manipulatrice qui n’hésite pas à vouloir se débarasser de sa soeur jumelle et pourtant, il va lui filer tout ce qu’il faut pour qu’elle le foute dans une merde pas possible quand ça l’arrangera … M’est avis que sa vraie couleur de cheveux, c’est blond …

A part ça, Machado continue à brasser du vent mais il a le mérite de mieux mettre en abîme le fait que plus personne ne contrôle rien dans toutes ces histoires. Par ces petites phrases, il permet aux autres personnages de se rendre compte que plus personne n’a de prise sur le déroulement des évènements. Mais bon, il faudrait que ces dits-évènements s’enchainent de façon un peu plus rythmé quand même. Oui, je suis nostalgique des premiers épisodes où tout s’enchainait à une vitesse hallucinante avec plusieurs twists par épisode.

A part ça, il reste Juliet à qui je vais mettre un bon point pour enfin parler d’un secret à quelqu’un. En espérant que cela donne l’exemple à Bridget pour qu’elle avoue à Andrew qui elle est vraiment. Entre ça et la menace de son passé qui lui retombe dessus, la suite promet d’être intéressante pour Bridget. Si seulement elle pouvait capter que Siobhan est toujours en vie, cela serait la cerise sur la gateau de sa vie qui part grave en cacahouettes depuis la demande de remariage de Andrew. Elle semblait toucher au bonheur et voilà qu’elle replonge dans des emmerdes pas possibles. Quel impact cela va avoir sur elle ? Réponse rapidement j’espère.

Bref, 6/10

Un épisode trop mou du genou pour vraiment captiver mais qui a le mérite d’apporter quelques réponses, de bien lier les différents éléments et d’envoyer la série sur de bons rails en direction du final qui approche à grands pas.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire