Doctor Who – Episode 6.13 – Season finale

The wedding of River Song

Saison 6, Episode 13 sur 13
Diffusion vo: BBC – 1 – 1er octobre 2011

Tik tok  goes the clock … Il est temps de mourir cher docteur !

Je vais être franc (de mauvaise foi dira Céline) mais j’ai adoré ce season finale. Oui, oui, vraiment. Mais pas pour l’épisode en lui-même qui était aussi nul que tous les épisodes écrits par Moffat à l’exception de Blink. Non, il est excellent parce que beaucoup de monde se rend enfin compte de l’imposture qu’est Moffat.

Bon je vais être honnête, Russell T. Davies avait quelques lacunes mais il savait instaurer un sentiment de fun et d’épique que Moffat est incapable de faire. Quand RTD voulait des centaines de maitres à l’écran, il y avait des centaines de maitres à l’écran, même si les incrustations étaient douteuses. Moffat annonce des centaines de silents et il y en a … 4 ou 5 qui débarquent … Que font les autres ? Ils se sont cassés en téléphonant à leur agent pour exiger de ne plus se retrouver dans des trucs comme ça ?

RTD annonçait un méchant très méchantet toc toc qui entend des toks toks au carré. Et on avait un super méchant, même si celui-ci finissait en volant et en lançant des kamehameha à rendre jaloux Dragon Ball Z. Moffat nous pète les couilles avec une eye patch lady et on a … une vieille capturée comme une merde, tuée par ses propres soldats sans avoir eu la moindre interaction dans le déroulement du final …

Et je peux enchainer les comparaisons. La seule chose qui reste fidèle aux season finales de RTD, c’est ‘linutilité des compagnons. Seul Rory a eu une utilité : celle de faire une blague sur ses multiples morts. Amy arpente comme un zombie l’épisode et ne fait que remettre en place un eye patch, ce qui est bien serviable. C’est déjà ça. Sinon, River ne sert strictement à rien. Elle fait un téléthon spatial mais cela est inutile, elle se marie au docteur mais c’est inutile, elle promet de garder u nsecret qu’elle ne garde pas et ne tue même pas le docteur vu que celui-ci avait un plan en béton armé depuis le début.

Et cela entraine plusieures conséquences: cela rend encore plus chiant les 3/4 de l’épisode puisque cela rend ce temps d’antenne inutile à postériori. Du coup, tous les passages où il se dit qu’il ne veut pas mourir mais qu’il n’a pas le choix, puis qu’il se résout à accepter sa mort sont purement inutiles puisqu’au moment où il chougne ainsi, il a déjà mis en place son plan de sauvetage par robot interposé du 51ème siècle.

A sa décharge, ce n’est pas évident de mettre en danger un personnage tel que le docteur. Il est « immortel ». Moffat ne pouvait donc pas jouer avec le « va-t-il s’en sortir ? » Il fallait donc miser sur le « Comment va-t-il s’en sortir ? ». Et là encore, c’est un échec. A peu près tout le monde savait depuis longtemps qu’il y aurait une inversion avec la flesh du docteur. Bon, en fait, c’est le robot. Ouais sauf qu’on s’en fout, le principe était déjà connu / deviné. Et en plus, le previously foire cette révélation avec la lourde insistance sur ce qu’est le robot. Dès lors, l’épisode n’avait pas démarré que je me disais: « ouais bon ok, c’est le robot et pas la flesh. Suuuupèèèèère ».

Il restait donc le mystère de la question à laquelle il ne faut pas répondre. Et je l’ai capté au premier contact avec la tête bleue lorsqu’il dit que c’est une question cachée « in plain sight », à la vue de tous. Donc voilà, Doctor Who ?. Suuuupèèèère.  Et bon courage pour la VF ^^
Là encore, Moffat s’embarque dans un mystère à la con qui n’aura pas de résolution pour la bonne et simple raison qu’on ne peut pas révéler le nom du docteur. Cela fait parti des choses inamovibles, encore plus que les points fixes incontournables sauf quand ça arrange Moffat. Et de toute façon, personne ne veut connaitre le nom du docteur au fond de lui. Cela fait parti du mystère et de la magie du personnage. De toute façon, cela changera quoi qu’il s’appelle Pierre, Paul ou Tirfoulousak ? C’est le genre de mystère dont la résolution n’apporte strictement rien et qui brisera la magie du truc. Et puis surtout, j’ai très peur qu’il lui donne comme prénom « Who » …

Bref, 3/10

Pas grand chose à sauver d’un final qui n’a pas de sens épique (au moins, Pandorica avait un peu d’épique) et qui se termine un peu en eau de boudin (sérieusement, le docteur va rester « under the radar » ?) avec moultes inutilités flagrantes (Amy, eye patch lady, la fusion temporelle, le mariage, …).
Voilà, c’est terminé pour cette seconde saison de galère. Enfin. Bon par contre, c’est la BBC pouvait de temps à autre regarder ces programmes et se rendre compte qu’il faut vite retirer les allumettes des mains du pyromane Moffat, ça serait bien.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

3 commentaires pour “Doctor Who – Episode 6.13 – Season finale”

  1. RORY dit :

    Un final guère convaincant en effet. Et du Moffat pur jus aussi : c’est clinquant, même esthétiquement très réussi, ça virevolte un temps suffisant pour nous faire penser que ça a tout ce qu’il faut pour être effectivement brillant… Mais au final c’est juste pas mal dans l’ensemble, voire carrément creux sur les bords.

    Les éléments jusque là disséminés se retrouvent tous plus ou moins reconstitués et expliqués, mais ça ne mène pas à grand chose. Je n’aime pas non plus l’idée d’avoir fait du Docteur, voyageur errant au travers des merveilles de l’univers, le point central de tout l’univers, celui que tout le monde connait/redoute/admire/aime/attend. Quelque part, je trouve que ça rétrécit considérablement la taille de cet univers infini que nous promettait Dr Who et qui fait son charme.

    Et je dois admettre n’avoir pas bien compris l’astuce du Teselecta… Lors du mariage, on voit bien que le Docteur n’est pas celui qu’il prétend. Mais alors, c’était déjà le cas quand il croupissait à la Tour de Londres (il y faisait quoi d’ailleurs là ; et où était passé le Tardis?) ? Ils n’ont vraiment rien d’autre à faire les gens qui forment l’équipage du Teselecta ??? Mais c’est vrai qu’avec un bon wifi le temps n’est pas un problème ! 😉

    Par contre, je m’outre quant au fait que Blink soit le seul bon épisode de Moffat. Je ne suis pas trop fan de The girl in the Fireplace ou de Silence in the Library. Mais The Empty Child/The Doctor dances était génial !

  2. Horkken dit :

    Arf habituellement je défend moffat mais là…
    Le titre de l’ep fait ref a un truc complément inutile. Dailleurs le mot d’ordre de cet ep est INUTILE. Il est rempli de inutile. Alors que on sattendrai dun final qu’il soit épique. Moffat veut tellement surprendre que ça rate.

  3. Fab dit :

    Juste un mot sur la Question : il semble évident que la réponse que Moffat souhaite apporter n’est pas un bête nom mais plus des révélations sur l’identité du Docteur, sur ses origines (pourquoi s’est-il appelé comme ça ?).
    Sinon, en tant que fan absolu de River Song, malgré toutes leurs faiblesses, je ne peux pas ne pas aimer cette saison et son final.
    En tout cas, voilà une critique hilarante et, même si je ne suis quasiment jamais d’accord, j’ai passé un bon moment en la lisant !

Laissez un commentaire