Switched at birth – Episode 1.06

The persistence of memory

Saison 1, Episode 6
Diffusion vo: ABC Family – 11 juillet 2011

Daphné se rend dans l’école de Bay pour y suivre des cours de cuisine. Bay recherche des indices sur son père biologique. Toby poursuit ses embrouilles financières.

Commençons par Toby. L’intrigue des dettes du poker était toute pourrie. Cet épisode le confirme. C’est juste chiant de le suivre chercher du fric et s’enfoncer encore plus. Le pire étant pour son père qui est tout fier qu’il va régler les choses par lui-même. Quel con putain … Ton fils est un abruti de première qui enchaine les conneries et tu penses qu’il va s’en sortir comment à part en faisant une connerie encore plus grosse ? Comme on dit tel père, tel fils …
Et puis de toute façon, c’est évident qu’il va piquer les pourboires de Regina vu la subtilité de son décompte des billets dans la cuisine …

D’ailleurs le père a son intrigue aussi avec le procès contre l’hôpital. Et l’ensemble est assez bancal. Déjà, l’intrigue peine à amener de la profondeur dans son propos juridique. La menace de son copain golfeur est juste pourrie. Il y avait mieux à faire et l’argument de la ruine de l’hôpital aurait eu plus de force si il avait été amené par Regina ou Kathryn. Là, cela devient un simple moyen de pression alors que cela devait être une question d’éthique. Peut-on pousser un hôpital à fermer pour réparer un tort ?
Du coté des arguments, ce n’estp as mieux puisque John ne veut que des excuses et pas de l’argent. Là encore, c’est bancal parce que le point avait été amené précédemment: les excuses signifiraient qu’il n’aime pas Bay autant que Daphné. C’est un point très délicat qui peut amener du formidable drama, comme un truc tout pourri. Et là, pour l’instant, cela penche du coté du potentiellement très pourri.
Par contre, la fin amène du bon, avec l’hôpital qui retire son arrangement financier pour aller au procès. Comme le dit John, si ils font ça, c’est qu’ils ont un sacré argument pour leur permettre d’espérer gagner le procès. Je suis assez curieux de connaitre ce nouvel élément dans l’équation.

les cookies de l'amitié ...

Du coté de Daphné, on ressort l’intrigue « allons au lycée des entendants » mais juste pour un cours de cuisine avancée. Et là encore, c’est assez moyen, l’intrigue sombrant dans le cliché des petites pestes qui s’acharnent sur la nouvelle avec infirmité.
En plus, on a déjà eu la visite de Daphné dans le lycée et elle était toute excitée à l’idée d’y aller et là, on nous sort une histoire de traumatisme dans le passé lorsqu’elle allait encore à l’école avec les entendants. Mouais. Heureusement qu’ils ont évité de coller de la musique sur le long speech de Daphné à Bay sinon, ça aurait été à gerber. Mais là, sans musique larmoyante pour appuyer le propos, cela passe.
Même si l’ensemble de l’intrigue de Daphné se laisse regarder, je reste quand même déçu par le traitement de la surdité qui avait été jusque là bien plus subtil et réussi.

Et cela ne s’arrange pas avec Kathryn qui ressort l’idée de l’implant auditif. C’est déjà-vu et c’est assez lourd et surtout avec la fin de l’intrigue où Regina s’effondre dans ses bras pleins de larmes de joie parce qu’elle veut apprendre les language des signes. C’était too much là. Là, encore, c’est dommage parce qu’il y avait bien mieux à faire sur la question de la possibilité d’entendre ou non. Mais l’épisode préfère rester en surface, alignant deux ou trois arguments sans grande conviction de chaque coté, au lieu de creuser le dilemme que pose l’implant. Et surtout, je trouve stupide de ne pas impliquer Daphné dans la réflexion, plutôt que de lui faire faire des cookies …

Il ne reste plus que Bay qui se trouve enfin libérée sans son pseudo bogoss à deux balles. Elle se met en quête de son père avec Emmett et leur tandem fonctionne très bien. J’ai juste été géné par le fait qu’il semblait raide dingue de Daphné et soudainement, il ferait bien paf paf avec Bay. Trop soudain ce revierement même si j’ai bien aimé toutes les scènes où bay se disait « bah merde, pourquoi pas ? »
En tout cas, on progresse bien du coté du père biologique puisqu’on apprend son nom et qu’en plus, la liste se réduit à trois noms potentiels. Enfin, si il n’a pas changé d’état.
On en saura sûrement plus quand l’un d’entre eux percutera que Regina avait un étui à guitare avec elle lors de son emménagement chez les Kennish.

Bref, 6/10

L’épisode m’a laissé une bonne impression. Je l’ai regardé sans peine, malgré les trop nombreuses lourdeurs d’écriture qu’on retrouve dans toutes les intrigues.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire