Desperate Housewives – Episode 7.17

Que sa fête commence
Everything’s different, nothing’s change

Saison 7, Episode 17 sur 23
Diffusion vo: ABC – 3 avril 2011
Diffusion vf: Canal + – 9 juin 2011

Tom reçoit une proposition de job tentante, Bree retrouve son fils et Susan reçoit un rein. Ou pas.

Ah les Scavo et leur vie trépidante. J’y ai cru une demi milli seconde qu’il allait enfin se barrer le Tom. Mais non, le voilà toujours coincé avec la pire femme du monde. Elle l’incite à trouver un meilleur travail et il ne voit pas le parallèle avec son couple … Sérieusement, comment peut-on encore aimer Lynette qui est juste invivable par ses actions  et insupportable par la répétition de la même intrigue encore et encore et encore, de saison en saison. Tiens, Tom pourrait avoir un meilleur job, tiens, je pourrais faire e nsorte qu’il fasse le choix que je veux, etc …
En plus, j’ai quand même trouvé le truc assez mal venu, puisqu’elle l’incite quand même à envoyer chier un de ses propres amis pour … pour quoi au juste ? Un peu plus d’argent ? Elle qui en prête comme ça, plusieurs milliers à la fausse pauvre de la rue, alias Susan, il y a quelques épisodes ?
Les Scavo sont devenus purement insupportables. A dégager et vite.

Elvis n'est pas mort ! Il est juste aux AA !

Du coté de Bree, les scénaristes cherchent toujours ce qu’ils pourraient faire d’elle depuis que Keith est parti. Alors après llui avoir donner le rôle d’incitatrice au suicide, la voici en incitatrice à l’alcoolisme. Et c’est très mal traité. Du moins, c’est écrit par des gens qui n’ont pas la moindre idée de comment il faut se comporter avec un dépendant. Si encore Bree était étrangère à cela mais non, elle est elle-même une ancienne dépendante et sait donc d’expérience qu’on n’obtient rien en forçant les dépendants. Mais non, zou, allons-y avec une réunion dont on sait d’avance comment elle va se dérouler puis une scène finale attendue parce que bon, le Andrew, on ne va pas le garder 5 épisodes d’affilée non plus.
Et pourtant, malgré ces nombreux défauts, cela se laisse suivre sans trop de difficultés. Il faut dire qu’en parallèle de l’intrigue des Scavo, tout parait forcément pas si mal.

Enfin, il y a le gros morceau du rein, dont on sait qu’il ne changera rien et que les scénaristes font trainer un épisode de plus avec un dilemme à la con. Susan est bien gentille d’avoir des remords mais bon, comme on sait qu’elle va se le faire greffer au final, tout tombe à plat. C’est malheureux parce qu’il y avait une véritable question de fond plutôt correctement mené. Pourquoi Susan mériterait plus qu’un autre le rein ? C’est vrai qu’elle a été assez odieuse avec Beth, comme toutes les wives.
Paul offre également du bon répondant avec les regrets mais c’est assez mal exploité. Le parallèle avec Mary Alice est absent et ses regrets sont au final assez peu exploités, faute de temps, parce que bon, il fallait absolument du temps pour l’intrigue tuture des Scavo … Putain de Scavo de merde !
En tout cas, la scène finale entre Paul et Felicia était excellente. Dommage par contre que le plan final sur Felicia souriante annonce le pire pour la suite. J’en ai bien peur en tout cas.

ewwww !

Mais le vrai bon moment vient au final de Renée. Oui, j’ose dire ça. Les répliques sont bonnes au début (« j’appelerais le traiteur pour dire qu’il y aura un couvert de moins ») et elle se comporte honnêtement. Rien à foutre de Beth. Et cela permet de montrer la super hypocrisie de tout un quartier qui n’a jamais accepté Beth. Ont-ils eu des scènes avec elle d’ailleurs ? Je ne crois pas pour Karen par exemple.
Malheureusement, vas-y que les scénaristes continuent à pourir Renée avec des pseudos justifications sentimentales pour nous la rendre sympathique et essayer de la complexifier un peu. Mais on s’en fout. On veut juste une super bitch qui dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Oui, je veux une Edie 2.0, rien de plus. Elle manque cruellement et Renée pourrait faire l’affaire si les scénaristes y allaient à fond et ne cherchaient pas à pseudo justifier ses actions par un pseudo traumatisme du passé dont on s’en fout royalement.

Bref, 5/10

L’épisode avait de bonnes cartes en main mais n’a pas vraiment su les exploiter au mieux malheureusement. Dommage. Il faudrait que les scénaristes retrouvent la pèche et le goût du risque, ça ne pourrait pas faire de mal à la série.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Doctor Who – Episode 6.07 – Mid season finale

A good man goes to war Saison 6, Episode 7 sur 13 Diffusion vo: BBC 1 - 4 juin 2011...

Fermer