Fringe – Episode 3.10

. / The firefly
Saison 3, Episode 10
Diffusion vo : FOX – 21 janvier 2011



La division Fringe enquête sur une ancienne gloire de la musique qui aurait vu son fils mort 25 ans auparavant.




Fringe est de retour et le vendredi en prime, dans la case horaire de la mort qui a tué nombre de séries. Et le retour est plutôt bon en audiences, grâce à une campagne promo qui était plutôt réussie et originale. Bien joué FOX, pour une fois.


Malheureusement, ce retour démarre mal. En effet, Fringe rate totalement son intro. On a juste un vieux somnambule qui aurait vu son fils mort et nous, on voit ça par le biais d’une caméra de surveillance, très loin d’être en qualité HD. Coté spectaculaire, Fringe a fait nettement mieux et nettement plus fort. C’était ce qui faisait un peu le charme de Fringe que d’avoir des intros visuellement fortes et gores et je regrette que la saison 3 l’oublie presque. A part le mec avec son stylo déclencheur d’evènements, on n’a rien eu de bien folichon en intro.


Cette intro nous livre donc l’histoire d’un homme, ancienne gloire de la musique qui a souffert des affres du temps et de la perte de son fils il y a 25 ans. La parallèle est vite fait avec Walter qui a également perdu il y a 25 ans son fils. Et assez rapidement, les deux histoires se lient puisque le musicien a perdu son fils parce que Walter a été de l’autre coté chercher la version parallèle du sien, dans une histoire revue et expliquée de la théorie des dominos et du battement d’ailes d’un papillon. Néanmoins, il reste un gros problème. On comprend toute l’histoire dès que l’observateur la raconte à Walter et du coup, toute l’intensité du face à face Walter / Roscoe est réduite à néant car elle repose maladroitement sur la révélation que le jeune mort à cause de Peter ayant attrapé un papillon est le fils de Roscoe. Or, on l’avait tous compris bien avant. Et c’est vraiment dommage de rater cette scène car John Noble et Christopher Lloyd y sont grandioses. D’ailleurs, les deux livrent un épisode parfait dans leur composition. C’est un vrai régal de les voir vivre à ce point leur rôle.


L’épisode repose aussi sur les conséquences des actions initiées par l’observateur. Quel but cherche t’il à obtenir finalement ? En tout cas, l’épisode les place plus en position de manipulateurs des évènements qu’observateurs extérieurs. Sont-ils bons, sont-ils méchants ? L’ambiguité soulevée est très intéressante, d’autant plus qu’on dispose d’éléments qu’ils n’ont pas. Walter n’a pas « sacrifié » son fils mais c’est Peter qui l’a convaincu de le laisser partir à la poursuite de l’observateur. Est-ce que Peter fera le même choix, poussera t’il Walter à le sacrifier lorsque le moment sera venu ? D’ailleurs quel sera ce moment au juste ? Et quel sacrifice devra être fait ? Pour quoi au final ?
L’épisode soulève beaucoup de questions qui lancent finalement la ligne droite vers la fin de saison et il le fait plutôt bien. Même si un poil de confusion peut survenir dans nos esprits, en reprenant au calme les éléments donnés, cela apparait comme tel. Pour moi en tout cas.


A coté de cela, Peter reçoit le bouquin qu’il avait commander pour Liv et il rame encore pour tenter de faire oublier que Liv était plus fun que Olivia. Et Olivia m’a laissé l’impression qu’elle découvrait le livre sur certains plans, façon singe avec une boite de converse. J’en fais quoi au juste ? Ca sert à quoi ?
Et pendant ce temps, Hasbro fait les courses …


Bref, 6.5/10

Un épisode de reprise plutôt bon, qui lance bien la ligne droite vers la fin de saison et qui est doté de deux interprètes de génie mais il manquait un petit je ne sais quoi dans l’écriture parfois maladroite pour en faire un grand épisode. Dommage.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Chuck – Episode 4.12

. / Chuck versus the gobbler Saison 4, Episode 12 sur 24 Diffusion vo : NBC - 24 janvier 2011...

Fermer