Fringe – Episodes 2.22 et 2.23 – Season Finale

De l’autre coté / Over There
Saison 2, Episodes 22 et 23 sur 23
Diffusion vo : FOX – 13 et 20 mai 2010
Diffusions vf : La Une – 22 septembre 2010, TF1



Direction l’autre coté pour l’équipe de la division Fringe !


Il y a rien à redire. Ce double épisode démarre de la meilleure amnière possible avec la découverte de la division fringe de là-bas. J’étais tout excité sur mon canapé avec la Olivia brune, le Charlie chauve et tout ça. Et la touche finale avec Olivia, Walter et des inconnus dans l’autre dimension !!!! Raaaaaaa. J’en étais à deux doigts de prendre ma … et de me … de joie. Pour une fois, j’étais même presque content du retour en arrière pour expliquer tout cela.


Et c’est là que tout se gate. L’épisode devient extrêmement prévisible, surtout dans sa deuxième partie. Qui n’avait pas deviner que Liv reviendrait à la place de Olivia au moment où elle se teint les cheveux ? Au pire, on pouvait le comprendre lors de l’explosion de la grenade en raison du montage bien foireux à ce moment-là. Bref, les indices étaient multiples pour voir venir ce qui tient lieu de cliffhanger, à savoir Liv infiltrée chez nous. Du coup, l’impact de la révélation que c’est Liv tombe très à plat.
Le sacrifice de Bell va dans le même sens. On nous répète plusieurs fois que ces atomes sont instables et c’est sûr et certain qu’il va se sacrifier quand il dit au labo qu’il s’occupe de la source d’énergie.
Mais il y a pleins d’autres exemples de prévisibilité. On peut aussi citer Peter dont on sait d’avance qu’il restera fidèle à notre coté par exemple. A aucun moment, on a le droit à un élément qui pourrait nous faire penser le contraire.


En fait, tout se déroule comme prévu et comme attendu. Ce n’est pas pour cela que c’est mauvais non plus. Le rythme reste très bon et je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. Olivia fracasse sa vitre en pleurant et je me suis dis « déjà ? », ce qui est évidamment un très bon signe.
Les personnages principaux ont aussi droit à leurs bons moments. Je déteste Walter égo. Ce qui est un bon point puisqu’on est censé le détester. Et d’entrée, John Noble fait parfaitement passer l’antipathie envers ce personnage. Pourtant, j’ai le sentiment qu’il pourrait en faire plus au lieu de rester stoïque. Liv est également bien différente de Olivia et pas juste parce qu’elle a une perruque brune et un tatouage caché. Elle est vivante et heureuse, tout l’opposé de notre Olivia. D’ailleurs, l’opposition est parfois trop marqué comme la réplique sur le fait qu’elle ne voit pas d’alcool. Je ne vois pas trop ce que cela apporte, surtout que Olivia n’est pas alcoolique. Elle boit parfois un petit verre mais plus pour décompresser, pas pour oublier. Le seul problème est que je ne trouve pas Anna Torv formidable en Liv. Juste correcte.


Le reste du casting a moins de chance. Broyles fait du Broyles, Astrid a encore moins de présence et cela se résume à être une sorte de super calculatrice de probabilités et Charlie fait du Charlie. Quant aux autres, ils n’ont même pas de doubles, y compris Bell, dont la version alternative est morte avant d’avoir pu rencontrer Walter égo.
Et là, arrive un autre bon point de l’épisode malheureusement sous exploité, à savoir la relation entre Willaim Bell et notre Walter. Bell a tout eu, Walter a tout perdu et n’a plus rien. On retrouve un peu la dynamique entre les deux Olivia. Un a tout qui lui sourit apparament et l’autre non. Mais dans les deux cas, le prix est là. Liv doit vivre dans un monde qui se déchire, William doit vivre avec un corps qui est instable.
J’attendais un peu plus de la confrontation entre les deux scientifiques et j’ai au l’impression au final que les scénaristes s’en sont débarassés en deux lignes et trois regards malheureusement. Cela n’empèche pas le peu qu’on a d’être très bon. Le jeu de regards de Nimoy et Noble est excellent dans le théatre, lorsque Bell révèle son sacrifice et tout le pardon et les excuses passent à merveille dans un échange de regard. Bravo aux deux acteurs.


Dernier point qui m’a gêné par sa sous exploitation, c’est tout ce qui touche aux « guerriers » formés au cortexifan. On n’a a plus que 3 et ils ne servent à rien avant de claquer comme des merdes. J’avais bien senti que les scénaristes n’étaient pas super chauds pour manipuler des êtres à super pouvoirs mais bon là, ils sont expédiés comme des merdes et c’est dommage. Si c’était pour qu’ils ne servent à rien, il aurait mieux fallu sortir un appareil de nulle part à utilisation unique pour ouvrir le passage que faire appel à eux.


Bref, 7/10

Un bon final sur le plan du rythme et de ce qui est esquissé pour la future saison 3 mais qui est passé un peu trop vite sur certains points que j’aurais aimé voir plus développé. Et puis c’était trop prévisible comme déroulement, cela manquait de surprises et de twists inédits.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Podcast : Seriespod 3 spécial pilotes en ligne !

Bonjour, bonsoir tout le monde ! La rentrée us est enfin arrivée et les premiers pilotes ont été diffusé. Mais...

Fermer