V (2009) – Episode 1.08

. / We can’t win
Saison 1, Episode 8
Diffusion vo : ABC – 20 avril 2010



Alors que Anna se rend à un sommet des Nations Unies à Genève, nos amis résistants enquêtent sur les morts de membres de la cinquième colonne.




L’épisode se découpe en trois histoires distinctes. On a d’abord Lisa et Tyler. Il est amoureux, elle a raté son examen en bonne blonde qui se respecte, ils couchent ensemble et maman est fière que sa fille lui mente honteusement. J’ai vraiment hyper tendance à décrocher dès que cet abruti de Tyler se pointe et c’est dommage parce que Lisa commence à prendre de la consistance. Elle échoue au test d’empathie. Oui, ce n’est pas une garce au coeur de pierre. Et Joshua hésite à l’intégrer ou non à la résistance. Alors il ment pour couvrir Lisa qui doit être tué normalement en raison de son échec. Les deux ont des moyens de pression sur l’autre et ça pourrait être intéressant de voir Lisa et Joshua évoluer ensemble, soit en coopération, soit en manipulation de l’autre. Enfin, il faudrait déjà pour ça qu’elle jette Tyler dans le vide spatial. Il ne sert plus à rien ce boulet maintenant qu’il a planté la petite graine. Enfin j’espère. Enfant stellaire in progress ?


De son coté, Valérie a déjà un enfant stellaire dans le bidon. Elle a le droit à son intrigue boulet où elle réagit de façon boulet. Heureusement, ça ne traine pas. Elle va savoir. En espérant qu’elle ne réagisse pas en boulet en apprenant qu’elle a culbuté un lézard toutes ces années.


Erica, Jack et Hobbes ont droit à une intrigue résistance. Depuis le message, les cellules de la cinquième colonne se sont réveillées. Mais les membres se font descendre les uns après les autres. Voilà donc Erica qui doit enquêter pour stopper le tueur pour la résistance et pour le contre terrorisme. On rappelle ainsi qu’elle est aussi agent du FBI, une donnée bien oubliée ces derniers temps.
L’intrigue est assez poussive est convenue. Limite années 90 dans son style même. Et peu surprenante. Dès que Hobbes file un flingue à Jack, il était évident qu’il s’en servirait pour sauver … c’était la seule surprise, il sauve Erica. Il était évident que le Alex allait y passer. Il était trop commun pour devenir un récurrent (sous entendu, pas assez glamour, trop voisin d’à-coté qui ne fait pas rêver). L’autre surprise pouvait se voir venir assez tôt : le tueur est un humain. On pouvait le deviner parce que c’était la seuleconclusion satisfaisante à cette intrigue et parce que les visiteurs ne seraient pas intervenus de cette manière lors du « piège ». On aurait eu droit aux boules flottantes ou un truc dans le genre. Pas un sniper isolé.
Mais au delà du coté assez poussif du déroulement de l’intrigue, l’épisode pose de très bonnes bases de réflexion : qui compose la résistance ? Des gens normaux qui agissent dans différents buts. Ici un prof qui n’a aucun savoir, aucune technique dans la guérilla mais qui s’improvise résistant. Je regrette d’ailleurs le coté « parce que mon père à fait le vietnam et mon grand père la seconde guerre mondiale ». Un instit qui agit par pure conviction aurait été mieux. Bon, légèrement xnophobe mais mieux. Comme si il fallait systématiquement un drame pour enclencher la révolte: perte de la famille de Georgie, protection de Tyler pour Erica, … Finalement, seul le prêtre semble agir par conviction pure car toute son existance, toute ses croyances sont remises en cause par les visiteurs.
Du coté du tueur aussi, c’est tout bon. C’est un humain qui agit par désespoir. On est fichus donc autant les soutenir. Vaut-il mieux être un esclave consentant que forcé ? L’épisode ne va pas aussi loin mais son humanité était la raison pour laquelle c’était la seule fin possible, pour le mettre en opposition avec le prof qui fait le choix inverse avec pourtant la même base : on n’a pas le choix.


De son coté, Anna va séduire les pontes des nations Unies avec son énergie bleue ridicule. Et là, on assiste à une magnifique passe d’armes psycho politique. Anna agit comme n’importe quel politique : elle apparait bien et agit humanitairement par intérêt. Le tout pour séduire. L’apport du secrétaire général hostile est excellent car il soulève bien les aspects pour Chad et pour le téléspectateur qui ne réfléchit pas trop : si ils sont juste là en visite, pourquoi cherchent ils à plaire autant ? Damn it ! C’est parce qu’ils veulent squatter ! Chad l’a bien saisi. Par contre, je n’arrive toujours pas à cerner Chad. Pro ou anti ? That’s the question.
En tout cas, Anna m’a impressioné. Son plan est simple et machiavélique mais surtout extrêmement humain. Manipuler, séduire, s’imposer et prendre le contrôle une fois la dépendance inévitable. Tout semble parfaitement huilé, innarrêtable et du coup, la phrase finale du tueur sonne autrement : on ne peut pas gagner. C’est la merde totale pour l’humanité qui est soit aveugle, soit totalement dépassée.


Bref, 8/10

V nous livre ici un très bon épisode de réflexion à diverses niveaux de l’intrigue. Malheureusement, ces réflexions arrivent au sein d’histoires un poil convenues et poussives et l’épisode a un peu trop tendance à être trop didactile au cas où un mec au fond à droite n’aurait pas compris. Mais c’est un défaut récurrent à toute série de network américain malheureusement.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Doctor Who – Episode 5.03

. / Victory of the Daleks Saison 5, Episode 3 sur 13 Diffusion vo : BBC - 17 avril 2010...

Fermer