GI Joe

gijoecharacterpostersA l’occasion de la sortie du splendide film live « GI Joe : le réveil du cobra » (le 5 août dans toutes les bonnes crêperies), il était impératif, indispensable et nécessaire que je revienne sur la série culte des années 80 qui a quand même connu une série de deux saisons pour 95 épisodes, un film animé, une autre saison de 44 épisodes puis des séries dérivées : GI Joe Extreme et GI Joe Sigma 6.
Sans oublier le comic book qui est plus ou moins en publication depuis de nombreuses années. Et donc maintenant un film live avec Sienna Miller (Miam), Channing Tatum (Miam Miam), Rachel Nichols (super Miam miam) et un frère Wayans (euh …) entre autres.



Les origines :

GI joe est à l’origine un seul personnage créé par David Breger en 1942. Il oeuvre pour le gouvernement américain lors de la seconde guerre mondiale (première publication en 1942).
Puis dans les années 60 Hasbro décide d’en faire une gamme de jouets et GI Joe devient le nom de l’équipe qui règle les problèmes sensibles auquel est confronté le gouvernement américain, notamment l’organisation terroriste Cobra. Les figurines sont grandes et connaissent un beau succès jusque dans les années 70.
Puis arrive un relaunch en 1982 …


Les figurines GI Joe: A real American Hero

figurines-gi-joeVoilà donc les GI Joe que l’on connait vraiment en France. Ceux tirés de cette gamme relancée en 1982 et qui va connaitre des ajouts de personnages, relooking d’anciens personnages et de nouveaux véhicules tous les ans ainsi que des gammes alternatives reprenant les plus célèbres personnages dans un nouvel équipement spécifique (comme la gamme Tiger Force où tous les personnages et véhicules sont des reprises d’anciens modèles mais en version camouflage du désert.
Ce qui a fait la force de la gemme de jouets étaient ses multiples articulations. C’était les seules figurines qui possédait des articulation à 360° aux coudes, aux épaules, au torse . Plus des articultions des cuisses et des genoux. On peuvait vraiment faire prendre la pose qu’on voulait aux figurines. L’autre point fort était les équipements, très nombreux et variés et interchangeables d’un personnage à l’autre. Sac à dos, épées diverses, pistolets, mitrailettes, chien d’attaque, … Chaque personnage avec son petit équipement à lui. Et coté présentation, ce n’était pas en reste avec un socle pour toutes les figurines et un packaging réussi avec une fiche à l’arrière reprenant les détails du personnage.
J’en ai eu des tonnes et j’en ai passé des heures et des heures à jouer avec. C’était purement excellent et très résistant en plus. Même si tous ont laché tôt ou tard, notament l’élastique qui permettait le mouvement du torse et le rattacher aux jambes. Et j’ai beaucoup d’unijambistes aussi maintenant, la jambe lachant à l’articulation du genou. Les dangers de la guerre …


Le dessin animé :

1506156830Evidamment, GI Joe a subi le traitement du dessin animé supportant la gamme de jouets tout comme l’avait fait les Maitres de l’univers. Arrive alors en 1984 GI Joe A real American Hero sur les écrans américains avec deux saisons pour 95 épisodes produits par Marvel et Sunbow Productions. La réalisation est franchement réussie pour l’époque, offrant des plans très variés et originaux, ainsi qu’une animation détaillée.
Chaque épisode était indépendant et mettait en avant un personnage même si certains étaient quasiment présent à tous les épisodes et par conséquent, sont devenus les plus célèbres : Duke, Flint, Lady Jaye, Scarlett, Loup de mer et Snake Eye en tête.
La saison 2 voit même l’arrivée du Sergeant Slaughter, inspiré du catcheur du même nom qui faisait un tabac à l’époque au sein de la WWF. Il devient le personnage central de la saison 2, apparaissant à quasiment tous les épisodes du début de saison.
Et cette équipe met en déroute à chaque épisode les armées de Cobra, dirigé par Cobra le minable ainsi que Destro, la Baroness, le ninja blanc Strom Shadow, Zartan, les jumeaux Tomax et Xamot ou encore la bande des dreadnocks (les loubards à la tronçonneuse et compagnie). La saison 2 voit l’arrivée de Serpentor à la tête de l’organisation ainsi que le Docteur Mindbender en génie scientifique, rival de Destro.
gi-joeLes épisodes sont donc indépendants mais une certaine continuité dans les rapports entre les personnages existent. On voit ainsi naitre les romances de Duke et Scarlett, de Flint et Lady Jaye ou encore de Destro et la Baroness. La Baroness est probablement la méchante la plus intéressante tant elle s’avère multi facette, cruelle avec les Joes, douce et aimante avec Destro, méfiante avec Cobra, traitresse avec Serpentor, … Un personnage assez fascinant mais dont la série animée ne fait qu’effleurer la personnalité, celle-ci étant totalement développée dans le comic sortant en parallèle chez Marvel.
Et plus on avance dans la série, plus les scénarios se lachent. La série perd le coté militaire des débuts pour devenir une sorte d’organisation agissant à l’échelle mondiale dans tous les secteurs : militaire évidamment mais aussi protection d’ambassadeur, recherche de kidnappeur, lutte contre une expérience scientifique tournant mal, … La série gagne alors beaucoup à mon goût en se détachant de l’image de surpuissance des soldats américains. Et puis les scénarios mèlent de plus en plus de l’humour et du second degré bien venu dans des épisodes de plus en plus improbables faisant appel à tout le bestiaire imaginaire possible (des hommes poisson, des sortes de blobs géants, … ).
Malheureusement, pour diverses raisons, Sunbow n’a pas poursuivi l’aventure pour une troisième saison en dépit du succès de la série.
Il faut attendre 1987 et la sortie du film GI Joe (qui est parfois présenté comme un épisode en cinq parties dans les diffusiosn télé) qui conclut plusieurs storylines laissées en cours comme par exemple la reprise du pouvoir de l’organisation par Cobra.
En 1989, le producteur DIC reprend en main l’animé et produit 44 nouveaux épisodes qui se veulent dans la continuité de la première série. Malheureusement, le budget est rikiki offrant une animation de piètre qualité. De plus, il fallait rattraper le retard pris par rapport au comic et introduire tous les nouveaux personnages sorties en jouets entre temps. Du coup, la série se focalise quasi uniquement sur des nouveaux personnages, les historiques faisant quasiment que de la figuration. Le succès n’est pas terrible et la série s’arrête.
Une nouvelle série GI Joe Extreme est produite en 1995 pour deux saisons et 26 épisodes au total. La série était accompagnée d’une nouvelle gamme de jouets avec des figurines plus grandes, plus musclées mais moins articulées, ce qui a poussé les fans à bouder cette ligne de jouets. Le dessin animé souffre d’une équipe restreinte composée de nouveaux personnages qui sont des clones du pauvre des précédents GI Joe ainsi que d’un nouvel ennemi qui n’est plus Cobra mais SKAR. Du coup, cette série n’est pas vraiment vue comme faisant partie de la continuité GI Joe.
sigma6La dernière série en date s’intitule GI Joe Sigma 6. Elle a été produite de 2005 à 2007 et totalise 26 épisodes. On retrouve les Joes d’origine mais relookés sauce manga. Idem pour Cobra. Les épisodes instalent une véritable contuinité entre eux, chaque épisode étant la poursuite du précédent. Il n’y a pas de rapports de continuité avec les 3 saisons des années 80 mais elle fait référence aux téléfilms en 3D sortis au tournant du siècle.
La série est produite par la studio japonais Gonzo et ça se voit. En plus du relooking manga, l’animation est clairement celle d’une série animée japonaise et la série est traversée par le thème de l’homme contre la machine, thème cher aux productions japonaises.
En fait, cette série est une sorte de reboot de la franchise pour la nouvelle génération, appliquant les codes qu’ils sont censés aimer et apprécier. Malheureusement, le public jeune n’a pas accroché à ces Joes rajeunis et les fans des débuts ne se sont pas retrouvés dans la série. D’où l’annulation. Honnêtement, ça se laisse regarder mais sans plus. La série a en fait cumulé les défauts en voulant faire style japonais. Les héros perdent en crédibilité avec leur look à peine sorti de l’adolescence et ils sont profondément énervants pour certains avec leur humour à deux balles pipi caca (tunnel rat est purement insupportable). GI Joe a clairement raté lé virage japonisé contrairement à He-Man and the masters of the universe ou encore Transformers animated.




Et voici donc le film live réalisé par les américains et les bandes annonces laissent présager d’un bon gros film bourrin tueurs de neurone. Un bon gros action movie auquel on ne demande que d’être fun et il me semble que les premiers extraits vont dans ce sens. A voir quoi.


Les vidéos :



Le générique vf des 5 premiers épisodes (début saison 1):



La version québéquoise ^^ :



Et un extrait en québéquois ^^ (ça vaut le détour)



Le générique vo de la première saison :



Le générique des 5 premiers épisodes en vo :



La version club Do par Minet évidamment :



Le générique vo de la seconde saison :



Le générique vo de la troisième saison de 1990 :



Générique vo de GI Joe Extreme



Générique vo de Gi Joe Sigma 6 saison 1 :



Générique vo de GI Joe Sigma 6 saison 2 :



Bande annonce vf du film de 2009 :



Extrait de 4 minutes du film en vf :

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Chuck – Episode 2.17

Protocole d'urgence Chuck versus the predator Saison 2, Episode 17 sur 22 Diffusion vo : NBC - Diffusions vf :...

Fermer