Supergirl: Ep. 1.01 – 1.03 : un envol réussi ?

Pilot / Stronger together / Fight or flight
Diffusion originale : CBS – 26.10, 2.11 et 9.11.201

Kara Zor El vient de Krypton, une planète aujourd’hui détruite. La mission de cette jeune adolescente était de suivre et protéger son cousin arrivé bébé sur Terre. Mais les évènements vont lui faire perdre des années et la voilà arrivée sur Terre à son tour mais son cousin est déjà le super héros connu sous le nom de Superman. Elle n’a d’autre choix que de passer son adolescence dans une ferme et on la retrouve aujourd’hui, jeune femme prête à croquer la vie et assumer son rôle de sauveur à son tour…

Supergirl, cousine de Superman, voit sa création être avant une commande plus ou moins forcée. En effet, dans les temps anciens (c’est à dire avant internet), lorsqu’une chose avait du succès, il était tentant de la copier. Et Superman cartonnant, il aurait été tentant de créer une copie chez un concurrent en en faisant une femme pour éviter les accusations de plagiat. C’est ainsi que DC Comics s’est empressé de multiplier les versions jeunes et les versions féminines de ces héros. Supergirl fait donc partie de cette mouvance afin de réserver les droits et éviter du parasitage concurrentiel, au même titre que d’autres super héroïnes telles que Batgirl ou chez la concurrence Marvel, Spider Woman ou encore Miss Hulk.

Le problème est que bien souvent, ces personnages ne sont pensés que comme des copies et il est difficile d’écrire de façon originale (que faire que Superman n’a pas fait alors qu’elle a la même origine et les mêmes pouvoirs et faiblesses ?) et de façon réaliste également. En effet, quelle cible doit viser une série avec une femme comme héroine ? Les ados mâles en manque qui sont demandeurs de caricatures exagérées ? Le public féminin qui ne s’intéresse peu aux comics ? Sachant que ces deux cibles sont incompatibles, ce n’est pas évident de trouver le bon ton et les bonnes histoires, encore moins quand les scénaristes sont essentiellement masculins et assez agés et ne comprennent pas forcément la mentalité féminine et la révolution sexuelle qui a eu lieu dans les années 60-70.

vlcsnap-2015-11-03-16h15m59s196

Et c’est ainsi qu’au cours des décennies, plusieurs versions de Supergirl sont apparues. La cousine nunuche, l’ado rebelle, l’ado perdue, la forme de vie métamorphe … Bref, les auteurs y ont été vraiment à tatons et n’ont jamais clairement défini Supergirl, même si depuis une quinzaine d’années, on s’oriente sur une version à la fois rebelle et perdue du personnage.

Et heureusement, Greg Berlanti et son équipe n’ont pas pris cette voie pour définir Kara dans cette série. Ils ont choisi une option assez similaire à celle du film de 1984 où Supergirl était une jeune femme prête à se lancer dans le monde, une jeune femme pleine d’optimisme mais assez naïve tout de même. Une jeune femme qui doit à la fois faire son trou dans le monde et prouver qu’elle est une super héroïne à part entière. Pas juste la cousine du gars en bleu de Métropolis.

Et c’est finalement une bonne idée car c’est la version la plus susceptible d’être connue par le grand public, encore  plus par le public relativement âgé de CBS. Le grand public, pas forcément connaisseur de la version angry teen de l’héroïne ne sera pas perdu et puis c’est toujours plus sympa une héroïne qui croque la vie avec le sourire plutôt qu’une chieuse qui fait des caca nerveux parce que bad boy Johnny la trompe peut-être avec une cheerleader.

vlcsnap-2015-10-27-14h17m12s555

Malheureusement, la médaille a son revers et ce n’est pas forcément des plus palpitants de suivre les débuts de Supergirl, principalement en raison d’un problème d’écriture. Au sortir des trois premiers épisodes, j’ai l’impression que les scénaristes ne savent pas trop quelle facette mettre en avant en comment. Et cela vaut pour tous les personnages, en particulier Cat Grant, la patronne des médias qui est une insupportable hautaine dans le premier épisode, une femme ayant galéré et transmettant son savoir indirectement dans le second et une illuminée à l’ouest dans le troisième.

Quant à Supergirl, le personnage subit moins d’extrêmes différences mais se voit affublé de trop de maladresses d’écritures et ce n’est pas forcément ultra passionant de la voir débuter. En fait, la voir évoluer me donne l’impression d’être devant les débuts de power rangers où le nouveau venu se retrouve à apprendre des évidences dans les premiers épisodes tout en découvrant au fur et à mesure des capacités que le téléspectateur sait qu’il a. Exemple : « oh j’ai un souffle glacial ! » oui, mais ça, tout le monde le savait avant toi. C’est l’équivalent du « oh non, ils ont fait grandir le monstre, que faire ? – Rassurez vous rangers, vous pouvez appeler un megazord ! – Ah bon ? ».
Et je dois vous avouer que ce sont rarement mes épisodes préférés les premiers de power rangers.

A coté de cela, on manque également d’une véritable histoire passionnante. Le coté prison nous annonce un coté kryptonien pas content de la semaine et on sait que l’affrontement final avec la méchante tante n’arrivera pas avant le season finale. Du coup, bah, c’est peu passionnant cet aspect qui là encore rappelle Power Rangers: à l’instar de Rita Repulsa qui envoie ces monstres un par un, pourquoi Astra fait de même ? Elle ne peut pas tous les envoyer sur sa nièce en même temps ? Non, non, un par un, en augmentant leur puissance doucement, histoire qu’elle progresse un petit peu à chaque fois. Stupide ! Avec des représentants tels qu’eux, ça ne m’étonne pas que Krypton ait finie en miettes.

Autre problème de la série pour le moment, c’est le coté féministe. Il est insupportable dans le pilote, avec ces « je peux pas parce que je suis une fille, c’est ça ? ». Et même les scénaristes en ont eu conscience vu comment ils se moquent de cet aspect dès l’ouverture du second épisode. Et malgré cela, j’ai été quelques peu traumatisé puisque maintenant, à chaque fois que quelqu’un va parler à Kara, j’ai peur d’une réplique dans le style « ce n’est pas parce que je suis une fille que je ne peux pas y arriver ». Heureusement, ce n’est qu’une peur plutôt infondée. Malheureusement, c’est remplacé par des « bouh bouh, je ne suis pas aussi douée que mon cousin ».

vlcsnap-2015-11-03-16h35m34s223

Bon, je dis beaucoup de mal pour le moment, mais tout n’est pas à jeter. Au contraire. Même si les personnages manquent encore de définitions et n’ont pas forcément dépassé leur étiquette d’utilité basique (n’est-ce pas Jimmy Olsen ?), ils restent tout de même sympathique et le parti de révéler à tout le monde (sauf Cat) qu’elle est Supergirl est une excellente idée. Cela va éviter les quiproquos insupportables à la longue et les trop grandes amnésies. De même, l’ensemble du casting est très bon, chacun se glissant parfaitement dans son rôle, Melissa Benoist qui colle parfaitement à la vision iconique de Supergirl et Calista Flockhart qui m’a surpris dans le rôle de Cat Grant, s’y fondant parfaitement. La seule erreur de casting repose sur l’actrice jouant Alura et Astra. Elle a oublié de sortir son balai de son cul et a zappé la formation d’actrice. A partir du moment où il faut user d’un subterfuge du type une mèche colorée pour différencier deux versions opposées d’un personnage (ou ici, deux soeurs jumelles opposées), c’est qu’il y a un problème.

L’autre point fort, c’est la réalisation dans son ensemble. Tout est bon, de la musique à la réalisation, en passant par le montage ou encore la photographie. C’est visuellement très bien rythmé et beau à voir. Mention spéciale aux effets spéciaux qui s’avèrent très réussis pour une série télévisée, avec le budget réduit dont elle dispose (en comparaison des films). Le seul hic repose sur les combats aériens peu maitrisés pour le moment. Le Kara / Astra du second épisode pue à chaque plan les fils et harnais. Idem pour le vol stationnaire lorsque Kara discute avec Cat au début du troisième épisode. Maintenant, je préfère tout de même le harnais à une incrustation douteuse.

vlcsnap-2015-11-10-15h01m23s289

Au final:

La série reflète plutôt bien son héroïne. Elle est en phase d’apprentissage et se cherche encore. Mais l’ensemble m’a laissé tout de même une impression positive et je suis optimiste pour la suite.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
[Podcast] Sériespod 187 (6.08) : Un numéro historique

Bonjour, bonsoir à toutes et à tous. Cette semaine, on s'intéresse aux séries historiques et aux raisons de leur succès...

Fermer