[Podcast] Sériespod 174 (5.30) : un numéro cinématographique

Bonjour, bonsoir à toutes et à tous.

Cette semaine, on parle de cinéma. Ou de séries. Ou les deux. Mais sans Alfred.

Bon numéro à toutes et à tous !

La qualité du son n’est pas très bonne à certains moments de ce numéro. Nous vous demandons de nous excuser pour cela mais nos connexions n’étaient pas exceptionnelles au moment de l’enregistrement. On travaille à corriger cela pour le prochain numéro !

Pour télécharger l’émission : au format MP3, il vous suffit de faire un clic droit puis « enregistrer sous » sur ce lien ou via iTunes en utilisant ce lien ou ce lien !

Ecoutez l’émission :

Au sommaire de cette émission

Le Kektavuvision (à 1’28)

Au programme de cette semaine, du français, des années 1970, du Netflix et du HBO.

Le débatvision (à 14’23)

Les acteurs de cinéma et de séries ont-ils le même métier ? Quid des passerelles entre les deux aspects de ce métier ? Est-ce un gage de qualité ? Nous y répondons et apportons notre avis. Nous attendons le votre en commentaire !

Le maxxovision (à 53’30)

Cette semaine, Maxx nous emmène sur une île où les gens n’ont pas de nombril.

Le rapidovision (à 59’10)

Cette semaine, Delphine nous parle d’une série… française.

L’auditeurvision (à 1h01’10)

Un grand merci aux auditeurs qui prennent le temps de laisser un commentaire ! On vous répond avec plaisir ! Et n’oubliez de poster des questions sur les coulisses et les membres du pod en commentaires ou sur twitter #seriespod

Et comme chaque fois, nous sommes en partenariat avec Serieviewer

On se retrouve la semaine prochaine pour une semaine de podcast sur les upfronts ! Chaque jour, un ou deux networks ! Les analyses des grilles en direct des Etats-Unis le soir-même ! 

Les extraits ponctuant l’émission sont les génériques de HBOBoardwalk Empire et True Detective.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

4 commentaires pour “[Podcast] Sériespod 174 (5.30) : un numéro cinématographique”

  1. blaise59 dit :

    Bonjour à tous.

    Quel Pod! Que demander de plus si ce n’est la présence de notre Nico national!

    Pour en revenir au débat.
    Vous avez bien tout passé en revue.
    Pour ma part, j’ai l’impression que dans les années 80/90, la finalité des acteurs de séries, était de finir au cinéma (jennifer anniston, johnny depp entre autres) et pour les stars de cinéma, c’était de faire un petit caméo sympathique.

    Maintenant, et ce depuis Damages (c’est mon impression), il est bien vu pour un acteur dit  »cinéma », de faire une série…
    Mai bon, avouons aussi que la série TV laisse plus sa chance aux femmes de plus de 40 ans, la ou le dictât Hollywood les trouve trop vieille pour être la star, et trop jeune pour être la mère ou la grand mère.

    Bref, bon pod, sujet vaste…

    Bonne semaine à tous.

    ps: Je n’ai pas vu les téléfilm du caméléon…

  2. Yann dit :

    Si tu as vu le Caméléon (série que je conseille mais très typée 90’s, je sais pas si ça passerait encore bien aujourd’hui), vois les films une fois. Histoire d’avoir une partie des réponses. Pour l’autre partie, je laisse ton imagination faire le reste… Muahahaha

  3. Offner dit :

    J’ai réecouter votre podcast sur Angel et je ne suis en rien d’accord avec vous, surtout pour la saison 5. j’adore vous écouter mais sur ce point, vous ne chercher pas a comprendre l’essence même de la série, le dernier plan reflète complètement la série, le mal existera toujours car il est a l’intérieur de chaque être humain mais tant que certaines personnes continueront a l’emmerder pour parler cru, continueront a le défier, ces même personnes pourront prouver par cet acte que la vie a un sens, que chaque être humain, aussi mauvais soit-il dans l’esprit, pourra un jour se racheter et gagner sa rédemption.
    Dans la saison 5, ils s’égarent, se trompent, se fourvoient mais a la fin, ils se rachètent, certes dans la mort, mais ils se rachète. Le seul personnage qui ne le fait pas est Wesley, qui représente vraiment les failles qu’un être humain peut avoir, et on voit clairement qu’il ne cherche que la mort, et qu’elle soit glorieuse ou pas, il s’en fiche un peu (puis vu l’état cadavérique qu’il a la fin). A par le cercle qui sort de nulle part, je ne peux pas être d’accord sur le manque de cohérence et le bâclage sur la fin de série tant elle est parfaite, fataliste, c’est clairement pas un happy ending et c’est bien pour ça que la série a été snobée a ce point par TF1. Not Fade away est clairement l’un des meilleurs finals de série de ces dernières années, bien meilleure a certaines acclamé il y a peu (coucou Breaking bad)
    Par contre la saison 4, oui il y a des choses a redire et même pas mal.

    P.S : la force de la saison 5 est également de distiller au compte goutte des informations qu’on ne pense pas importante, l’exemple le plus flagrant et la scène de Gunn suppliant le docteur de wolfram and Hart de lui redonner le savoir, ce que ce dernier accepte a condition qu’il signe un papier pour la douane, cette scène paraît tellement insignifiante dans l’épisode le plus marrant de la série (Smile time), alors qu’elle est cruciale.

  4. Offner dit :

    P.S : David Tennant a un rôle actuellement, il va interpréter l’homme pourpre dans Jessica Jones normalement.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
[Podcast] Sériespod 173 (5.29) : un numéro revival

Bonjour, bonsoir à toutes et à tous. Cette semaine, on parle des morts qui reviennent à la vie et pourtant,...

Fermer