Agents of SHIELD – Episode 2.08

The things we bury

Saison 2, Episode 8
Diffusion vo: ABC – 19 novembre 2014

Tandis que l’équipe de Coulson se met à la recherche de la ville, le père de Skye se rapproche de Whitehall et Grant s’occupe de son frère…

On est ici face à un épisode clé de la série qui sait livrer de bonnes réponses et jongler avec un élément douteux de la saison 1. Je parle ici bien sur de l’histoire toute pourrie du puits de Grant en saison 1. Les flashbacks tombaient totalement à plat à l’époque et nous laissaient avant tout avec une impression de remplissage de l’épisode. Mais ici, cette storyline trouve enfin sa place et une force vraiment utile. Maintenant, de là à dire que c’était prévu dès la saison 1, c’est un pas que je ne franchirais pas. Mais si c’était le cas, alors bravo aux scénaristes.

Grant fait peu de choses au sein de cet épisode mais continue à magnifiquement creuser sa place et ses motivations restent toujours obscures, mais dans le bon sens du suspens. Le jeu auquel se livre Grant est très subtil et les dialogues sont parfaitement calibrés pour permettre de douter. Ses actions le font passer pour un méchant mais … N’est-il pas au final un gentil ? Car finalement, le SHIELD se retrouve débarrassé de la menace du sénateur et en plus, Ward est maintenant proche de Whitehall, l’ennemi du SHIELD. Et on peut se dire que cette option du gentil est possible au travers de la phrase expliquant que la fin justifie les moyens. Oui, Grant fait des choses moches, mais n’est-ce pas nécessaire pour le plus grand bien ? Cela se réaffirme aussi au travers de sa phrase expliquant qu’il connait le sens du sacrifice. Ne se sacrifie-t-il pas pour permettre au bien de triompher à la fin ? Grant Ward gagne une profondeur et une complexité vraiment bienvenue et qu’il est loin le temps du personnage monolithique de la saison 1.

On en apprend également plus sur Whitehall et l’obélisque à l’occasion de cet épisode. On sait comment il a survécu 70 ans en gardant tout sa fraicheur. C’est grâce à l’actrice Dichen Lachman, dont son personnage ici est changé par son contact avec l’obélisque. Et c’est assez marrant de voir le sort réservé à cette pauvre Dichen quand on suit également The 100 et qu’on sait ce qu’il est fait de son sang là-bas. Dichen, source officielle de jeunesse et de bonne santé.

vlcsnap-2014-12-04-17h45m49s4

Mais au delà de l’explication de la jeunesse de Whitehall, le vrai intérêt est qu’on découvre qu’elle est la mère de Skye. On connait donc la lignée de Skye et ni vu, ni connu, un des mystères de la série est enfin résolu. Bon, je reste déçu que ça ne soit pas Ming-Na mais tant pis.

Cela nous amène donc à nous pencher sur son père qui est franchement le meilleur personnage de la série. Je suis trop fan de ce personnage totalement dérangé et surtout de l’interprétation parfaite livrée par Kyle McLachlan. Il est vraiment ultra flippant mais là encore, cela peut se comprendre par rapport au traumatisme qu’il a subi il y a 25 ans lorsqu’il a retrouvé le corps de son amour, déchiqueté et abandonné dans les bois comme une vieille merde. Du coup, son insistance à vouloir oeuvrer avec Whitehall prend tout son sens et là encore, on a une bonne ligne de dialogue lorsqu’il sort que c’est agréable de regarder son ennemi dans les yeux et qu’il fixe alors Whitehall. On se retrouve là avec un trio Whitehall / Ward / papa Skye de haute volée et qui promet énormément de bonnes choses.

Bon, par contre, tout n’est pas parfait non plus dans cet épisode. J’ai quand même l’impression que Fitz guérit trop vite, Simmons fait de la figuration et Bobbie et Lance n’ont pas grand intérêt avec leur interrogatoire et leur sexe bestial post engueulade si cliché des productions américaines. Sans compter qu’on ne voit pas Ming-na plus de 20 secondes. je suis très déçu. Mais généralement, quand un personnage est absent, cela veut dire qu’il est fort probable qu’à l’épisode suivant, il soit au coeur de l’épisode. Donc vivement le prochain épisode.

Mon impression :

Je ne pensais pas pouvoir le dire un jour mais AoS est enthousiasmante. Les scénaristes maitrisent très bien leurs personnages et cet épisode fait preuve d’une écriture très subtile pour du Agents of SHIELD. On a enfin des réponses, elles sont très satisfaisantes et les pions se placent merveilleusement pour la suite.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
[Podcast] Sériespod 156 (5.12) Un numéro pleins d’enfants.

Bonjour, bonsoir à toutes et à tous. Cette semaine, on s'attaque à un morceau de choix, un morceau toujours tendre,...

Fermer