Pilote : Du PeP’s dans ma VDM

Pep’s / Direction générale de la VDM

Shortcoms
Diffusion vf : TF1 et NT1

Parents, élèves et professeurs se croisent au quotidien dans PeP’s tandis que la vie au sein de la direction générale de la vie de merde n’est pas toujours une partie de plaisir …

Les chaines françaises continuent à tenter de nous faire croire que la shortcom est le summum de la création originale. Après Scènes de ménage, En Famille, Soda, Vestiaires, La minute vieille, Mère et fille, Ma meuf, Nos chers voisins qui sont toutes en cours de production cette année ou encore les éternels Chouchou et Loulou, Caméra café et Kaamelott en perpetuelle rediff, voici deux nouveautés sur le groupe TF1 avant que France 2 ne dégaine sa nouveauté pré JT de 20h la semaine prochaine. Au moins, VDM s’avère un minimum originale dans son cadre professionel, ce qui change un poil de la surexploitée cellule familiale.

Direction générale de la VDM

Comme dit juste avant, VDM a au moins le mérite d’être originale dans son cadre. C’est déjà ça de gagné. Et les acteurs sont plutôt bons dans leur ensemble, même si certains « inconnus » venant proposer leur VDM à valider affichent quand même une certaine honte à débiter leur texte, mais il faut bien manger à la fin du mois donc …

Le pitch de la VDM est simple: des gens viennent proposer un exemple de leur VDM au bureau de la validation des VDM, décidant si ou ou non, l’exemple mérite de figurer sur le site. Ce n’est finalement qu’un prétexte pour mettre en oeuvre une comédie de bureau puisqu’une fois la VDM balancée en « pré générique », l’épisode rebondit alors sur des échanges entre les collègues, provoqués ou non par cette VDM. Et bien souvent (du moins sur les 3 premiers épisodes vus par votre serviteur), la VDM n’est qu’un prétexte qui n’apporte rien à l’épisode et c’est là le premier problème: il y a écrit VDM partout, la promo s’est faite sur des mises en scène de VDM, elles devraient être au centre de la fiction. Or non. Comme je l’ai dis, elles ne sont qu’un prétexte à activer une scenette de bureau. On serait à la direction générale des records farfelus à valider, cela ne changerait strictement rien.

Le second problème est que VDM est un concept quand même devenu dépassé, voire ringard pour certains. C’est so 2009 quoi. De plus, si cela pouvait fonctionner à la lecture sur un site, cela ne passe pas du tout dans la série. C’est très plat de voir une personne raconter la VDM à un accueil, surtout quand c’est débité par un acteur ou une actrice qui se moque de son texte. Et en prime, bien souvent, les VDM ne sont juste pas drôles. Et je ne dis pas ça pour les avoir vécu. C’est juste rarement drôle, même sur le site, surtout que la plupart sonnent tellement faux … Enfin bref, on n’est pas là pour faire le procès du site mais de son adaptation en série.

Verdict : Je ne valide pas.
Le concept est bancal, mal exploité et n’apporte rien à ce qui se révèle être une simple comédie de bureau très peu inspirée, probablement limitée par son format de 5 minutes là où il y aurait dû avoir une sitcom de format traditionnel afin de pouvoir développer les personnages et les situations.

 

PeP’s

4 à 5 professeurs, 4 à 5 parents et 4 à 5 élèves sont au centre de cette nouvelle shortcom qui respecte plutôt bien son format, enchainant les scenettes d’une minute à une minute trente. Cela offre beaucoup de rythme au programme, surtout que TF1 respecte ce format en ne diffusant qu’un épisode de 7 minutes à la fois, et non une tranche de 40 minutes à 3h voire 4 comme le fait le groupe M6. L’efficacité est donc de mise dans la forme de PeP’s.

Coté scénario, pas grand chose à dire. On enchaine des situations fermées et drôles. Et là encore, la shortcom réussit parce qu’elle sait alterner les personnages et les types d’humour. Plusieurs genres se cotoyent au fil des scenettes et permettent ainsi à un maximum de monde de trouver au moins un personnage qui saura le faire rire. Personnellement, en 3 épisodes, je suis devenu fan du prof de maths-physique, limite psychopathe. En prime, de nombreux gags vont très loin dans l’humour noir et ça, je suis assez client (la stupidité de la mère « mais ce n’est pas en vers, c’est en noir », la parodie des experts avec l’oscar de la classe, le coup de flechettes, la morsure de doigt, …). Je suis moins client des situations qui se voyent venir de loin mais je ne doute pas qu’elles sauront plaire à un public moins friand d’humour noir (par exemple, les parents discutant du putain, la prof d’anglais reprenant la forme de la copie, le parent qui demande de l’aide pour écrire sa lettre).

Pour le reste, là encore, PeP’s est réussie avec un casting solide et qui semble bien s’éclater à incarner les personnages (bon, deux ou trois jeunes sont moins convaincants mais ils en sont à leurs débuts pour la plupart). Coté réalisation, c’est sobre mais efficace, se permettant même quelques effets réussis comme sur la parodie des experts.

Verdict : Je valide.
J’avais très peur de voir une copie de Soda mais non, PeP’s est un programme différent, efficace dans sa forme comme dans son fond, avec un enchainement de différents types d’humour pouvant ainsi fédérer différents publics. De plus, le format shortcom est correctement utilisé par la production mais aussi par la chaine qui la diffuse comme telle. Une belle réussite bien sympa à regarder.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Test DVD : Pokemon le film: Kyurem vs la lame de la justice

Pokemon : Kyurem vs la lame de la justice Titre original: 劇場版ポケットモンスター ベストウイッシュ キュレムVS聖剣士 ケルディオ Durée du film: 1h08 Nombre...

Fermer