Pilote: Under the dome

Pilot

Saison 1, Episode 1 sur 13
Diffusion vo: CBS – 24 juin 2013

La petite ville de Chester’s Mill vit tranquille, avec ses secrets chelou et ses psychopathes propres sur eux jusqu’au jour où un dôme apparait au dessus de leur ville, les coupant du reste du monde …

Note: je n’ai pas lu le livre donc aucune comparaison et aucun spoiler sur le futur du truc ne sera livré ici.

Stephen King à la création, Brian K. Vaughan à l’adaptation, Steven Spielberg à la production et Britt « Secret Circle » Robertson à l’interprétation. Comment ne pas aimer d’avance un tel produit ?
Bon, avant d’aller plus loin, quelques précision sur Vaughan que beaucoup d’entre vous ne doivent pas connaitre et qui a écrit certains des meilleurs épisodes de Lost mais est surtout un excellent scénariste de comics, de nombreuses fois, primé. On lui doit entre autres Y le dernier homme, les fugitifs, Ex machina, les premiers numéros de Swamp Thing volume 3 et dernièrement, Saga. Tous d’excellents comics mais (pour n’avoir lu que Y et Saga) avec le défaut de peiner quelques peu dans l’introduction de l’univers et des personnages. BKV est bien plus doué une fois les personnages lancés.

Or là, le voilà à adapter du matériel de Stephen King qui n’est pas non plus le gars le plus doué pour établir une situation follement originale, basant ses personnages sur les mêmes archétypes récurrents (le bon shérif, le politicien politicien, la journaliste, le gars qui ne devrait pas être là … ). Du coup, ce pilote n’est pas aidé et souffre de cela. Au sortir de ce pilote, aucun personnage n’est attachant. On n’a pas envie de vraiment savoir ce qu’il va advenir d’eux. Pire, on peut en lister la moitié comme « à tuer ». Là, je vise en particulier les mères lesbiennes et leur fille pseudo-rebelle. Mais pourquoi ne se sont-elles pas mangées le mur ??? Mais ce ne sont pas les seules. Enfin ce sont les seules qui par leur nature méritent de mourir (et non, pas parce qu’elles sont lesbiennes, juste parce qu’elles sont, avec leur fille, chiantes en raison de leur cliché insupportable des citadines hipster hystérico faussement branchouilles). Les autres méritent de mourir à cause des terribles secrets qu’ils cachent, genre Big Jim et son arnaque au propane ou le visiteur du coin qui est le tueur du mari de la journaliste chez qui il va vivre et qu’il ne laisse pas insensible sexuellement parlant.

L’introduction des personnages et de leurs secrets passe mal, surtout que cela se fait au cours de la seconde partie du pilote, après l’arrivée du dôme. N’importe qui normalement constitué serait en train de courir en hurlant de terreur ou replier sur lui-même. Mais non, pas eux qui vivent comme si de rien n’était quelques heures à peine après l’arrivée du dôme. Les mystères auraient dû arriver plus tard et tout le pilote aurait dû se concentrer sur les réactions à l’arrivée de ce dôme. A la rigueur, pour intriguer le téléspectateur, on pouvait garder psycho junior et son kidnapping de la serveuse apprentie infirmière. Son pétage de cable peut s’expliquer par l’arrivée du dôme (il voulait se suicider juste avant quand même). Mais voilà, sinon, les secrets des autres, on s’en fout un peu beaucoup quand même. Surtout qu’en plus, on a le très viux cliché du « je vais tout t’avouer sur les mystè … arg, je meurs ». Facepalm.

Et c’est dommage d’avoir foiré comme ça les introductions des personnages parce qu’après, tout ce qui touche au dôme est fortement intriguant et l’arrivée du dôme est plutôt bien fichue niveau effets spéciaux (même si les entrailles de la vache sont plus que douteuses) et mise en scène. Je pense là par exemple à l’avion. On sait tous qu’il va se manger le dôme et être détruit mais le moment où il pète fonctionne quand même. Idem pour l’arrivée des pompiers et le stress de savoir si ils vont comprendre ou non qu’ils doivent s’arrêter. L’effet aussi de la trace ensanglantée de la main dans le « vide » fonctionne également très bien.

Bref, 7/10

Ce pilote réussit parfaitement à nous intriguer et nous donner envie d’en savoir plus sur le dôme. Dommage par contre que l’introduction des personnages soit ratée. Mais j’ai confiance avec Stephen King et Brian K. Vaughan. Introduire les personnages, ce n’est pas leur truc, mais ils sont très forts en développement de ceux-ci. C’est rassurant pour la suite.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

2 commentaires pour “Pilote: Under the dome”

  1. Quentin dit :

    C’est vrai que stephen king, dans ces derniers livres, utilise des personnages un peu caricatural, mais il n’a jamais fait autant de ventes qu’aujourd’hui et contrairement à ce que tu dis , les personnages de stephen king sont souvent complexe, du moins dans ces premières oeuvres. (la tour sombre, et bien d’autres)

    C’est en effet le petit Default du livre et de la série (ayant lu le premier tome [Aucun spoilers ne tinquiète pas]), les personnages sont un peu cliché.Mais l’histoire rattrape les personnages, suffisamment intriguante, et très bien ficelé.

    Le pilote est tout de même très bon, qui se démarque de la sf de bas de gammme depuis au moins 3 ans (sauf fringe bien entendue), mais je doute un peu de la suite surtout en vue du succès de la série elle sera décliné sur 5 saisons au moins et c’est une erreur, puisque je suis persuadé que des épisodes feront un sur place pas super passionnant.

    Le livre est tout de même excellent avec de bon rebondissements, et des phénomènes « mystérieux » , reste à savoir si l’étirement en longueur de l’intrigue du king ne va pas dénaturer l’histoire, qui plus est la mise en place du dôme et des conséquences immédiates qui s’en suivent demeure la partie forte du livre… J’espère que la qualité restera sur la longueur.

  2. Horkken dit :

    Pourquoi n’a t elle pas utilisé LOCK UNLOCK ? Le mystère eeste entier.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Teen Wolf – Episode 3.04

Unleashed Saison 3, Episode 4 sur 24 Diffusion vo: MTV - 24 juin 2013 Deucalion révèle ce qu'il est pour...

Fermer