Pilote: Falco – Episodes 1 et 2

Le réveil / Le nouveau départ

Saison 1, Episodes 1 et 2
Diffusion vo: TF1 – 20 juin 2013

Alexandre Falco est un inspecteur de police grièvement blessé au cours d’une intervention en 1991. Plongé dans le coma, le voilà se réveillant 22 ans plus tard dans un monde qui a bien changé …

Tf1 lance une nouvelle série adaptée d’une fiction allemande de Sat 1 et du coup, le premier épisode ne fait pas du tout TF1 dans l’esprit et c’est tant mieux. Maintenant, il est vraiment dommage qu’il faille encore qu’on adapte un format étranger alors qu’on est parfaitement capable de pondre une série de ce type. Les talents créatifs existent en France, il faut juste arrêter de ne les voir que comme des photocopieuses. Surtout que bien souvent, même si le format a fait ses preuves à l’étranger, cela ne garantit pas un succès auprès des français (et l’inverse est vrai aussi).

Bref, on se retrouve donc avec un pitch casse gueule puisque déjà développé à plusieurs reprises et avec des variantes fantastiques et autres (et Falco en a conscience puisqu’ils se réfère indirectement à Dead Zone et autres du genre au début du second épisode en précisant bien que lui n’a aucune capacité extrasensorielle ou de voir les morts). Le tout est de pouvoir exploité correctement ce pitch tout en apportant sa propre touche. Et le pilote s’en sort très bien avec cette donne, porté par un excellent Sagamore Stevenin qui interprète juste comme il faut ce « revenu d’entre les morts ». Il n’en fait jamais trop, et possède une richesse de jeu suffisante pour alterner naturellement les phases humoristiques, dramatiques, les passages faussement humoristiques pour cacher sa tristesse et son désarroi.

De même, son jeu est bien soutenu par une réalisation quasi sans faille avec d’excellentes trouvailles (le tour de la salle de kiné pour le voir évoluer en quelques secondes est très réussi) et des passages moins inspirés (l’intervention du départ filmée façon documentaire sur le vif passe mal tout comme le décalage physique inexistant alors qu’il y a 22 ans d’écart ou encore le look seventies de Flaco dans le second épisode). Heureusement, ces passages moins inspirés sont rares et globalement, la réalisation soutient parfaitement les situations et les états d’âme du moment.

L’autre bon point du pilote est qu’il fait passer l’enquête policière au second plan et c’est tant mieux. D’un autre coté, il fallait poser la situation et les personnages et du coup, il restait peu de temps pour développer plus l’enquête. Mais c’est une voie sur laquelle la série devrait s’engager, s’attardant plus sur son héros, ses états d’âme et ses interactions que sur l’enquête de la semaine. Et le second épisode le prouve bien avec une enquête assez quelconque au déroulement banal, cliché (la scène avec la fille et la fausse histoire sur son père …) et prévisible très longtemps à l’avance. Du CBS style dans toute sa splendeur, y compris dans l’introduction de l’épisode rappelant des centaines d’introductions d’épisodes de NCIS, Hawaii 5-0 ou les experts.

Mais cette enquête du second épisode passe encore bien parce que Falco est encore fortement décalé avec le présent. Mais cela va forcément s’atténuer au fil des épisodes et du coup, si c’est pour avoir un clone d’un épisode au schéma bateau CBS-ien, non merci. D’autant plus que pour l’instant, les compagnons de Falco ne donnent pas vraiment envie de les suivre. Même si Chevalier a un chouïa de développement dans ce second épisode, je bloque avec son interprète. Je ne le trouve pas mauvais dans le rôle mais son phyisque ne colle pas vraiment avec son rôle. Je bloque sur ses cheveux poivre et sel alors que l’acteur n’a que 31 ans et ça se voit sur son visage. A croire qu’à la production, ils ont hésité entre en faire un rookie et un expérimenté. Donc du coup, ils n’ont pas tranché et mis les deux en un. C’est très bizarre l’effet qu’il dégage. Après, il reste la brigadier lesbienne, le chef bourru mais tellement sympa et le légiste qui a piqué la femme. Il faut rapidement tous les développer plus, les individualiser (ne pas révéler des choses sur eux que par rapport à Falco) afin de les rendre sympathiques, attachants et que leur évolution nous permette de passer outre des enquêtes ultra stéréotypées.

Bref, 8/10

Falco pose des bases excellentes dans son pilote et permet à Sagamore Stevenin de livrer une remarquable prestation. Malheureusement, j’ai bien peur que la série s’oriente vers un schéma de cop show stéréotypé alors que c’est tellement meilleur et plus inspiré quand on s’attarde sur Falco et ses états d’âme (la scène chez la psy ou celle de contemplation en extérieur ou devant chez sa femme sont excellentes et très justes)

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
[Podcast] Seriespod 110 (3.36) : Un season final XXXL

Bonjour, bonsoir à toutes et à tous. This is the end. C'est la fin. La saison s'achève pour l'émission hebdomadaire...

Fermer