The vampire Diaries – Episode 4.19

Pictures of you

Saison 4, Episode 19
Diffusion vo: The CW – 18 avril 2013

C’est l’heure d’un nouveau bal au lycée de Mystic Fall, l’occasion de tenter de rendre son humanité à Elena. Sauf tout ne va pas se passer comme prévu …

La semaine prochaine, on va enfin avoir droit au backdoor pilot de The originals, l’épisode pilote qui, en cas de succès, donnera lieu à une série dérivée de Vampire Diaries l’an prochain. Enfin parce qu’après, on va enfin pouvoir faire redécoller la saison de Vampire Diaries qui ne cesse de temporiser à mort dans l’attente de cet épisode, histoire d’éviter d’interrompre en pleine tension la fin de saison centrée sur Silas.

Du coup, cet épisode temporise en ressassant encore et toujours que Elena n’a plus d’humanité mais qu’elle pourrait ressurgir si les frangins Salvatore s’y prennent correctement ou que Rebekah se rêve en humaine. Et c’est vraiment peu passionant. Il faut dire que le gros problème du coté d’Elena est toujours le même: les deux vampires de 150 ans ne peuvent et ne doivent pas se comporter comme des puceaux de 16 ans qui s’accrochent à la première fille qui semble un tant soi peu s’intéresser à eux. Ils ont eu une longue vie, ils ont beaucoup d’expérience et ne doivent pas se comporter comme des ados à peine pubères. Pourtant, on doit se coltiner cette caractérisation de Damon et Stefan et c’est très lourd, lourdeur renforcée par les gamineries de la pseudo bad girl Elena. C’est dommage parce qu’elle pourrait être bien plus intéressante si elle était mieux exploitée. On peut entre apercevoir cela dans cet épisode au détour d’un ou deux dialogues. Le problème, c’est qu’on se facepalm encore de sa scène précédente totalement stupide, genre je pique la robe de Caroline par jalousie …

Du coté de Rebekah, on a droit à une nouvelle rediffusion de « je veux être humaine mais je ne peux point ». C’est bon, les deux ou trois épisodes étaient identiques, on ne fait que rabacher encore et encore la même chose, avec une très légère nuance cette semaine vu qu’elle est obligée de faire comme si elle n’avait pas de pouvoirs. Mais bon, c’est trop léger.

A coté de cela, Silas s’amuse à prendre la tête de tout le monde. Là encore, cela aurait pu être plus intéressant. Le problème étant qu’à chaque fois, l’effet tombe à plat car on sait que c’est lui d’avance ou on le devine trop rapidement. Et puis le procédé esttrop surexploité dans l’épisode, ce qui fait que tous les duos de la fin de l’épisode tombent à plat car on sait que Silas est l’un des deux.

Finalement, du coté de ceux qui tirent un peu leur épingle du jeu, on a Matt qui continue à s’affirmer comme le bon confident et sa dynamique avec Rebekah s’avère efficace. April également s’en sort très bien dans cet épisode puisqu’elle a le droit d’y apparaitre et a même une ligne de dialogue. C’est justement l’équivalent d’un titre de champion du monde pour elle à ce niveau-là.  Enfin, il y a Bonnie qui continue à s’affirmer dans cette saison. Le problème vient principalement du début d’épisode et ces pleurs envers Jeremy. Cela arrive bien trop tard pour nous puisque ça fait deux mois qu’on lui a dit au revoir (ça passera sûrement en France avec les soirées à 5 ou 6 épisodes) mais à part ça, la suite est bonne, même si on rabache encore qu’elle ne controle pas ses pouvoirs. Sauf que cela sert à bien replacer le contexte pour arriver à la fin de l’épisode où Silas se dévoile enfin à elle. Ouf, tout ne fut pas inutile dans cet épisode.

Finalement, pour résumer cet épisode, il y a Caroline avec ses espoirs stupides (on va vivre une dernière soirée de lycée normale) et la meilleure ligne de dialogue de toute la série je crois : « I’m having a real crisis on my hands, Elena stole my prom dress ! ». Tout est dit et cela résume parfaitement l’épisode. C’est juste consternant.

Bref, 2/10

Encore un beau ratage dans la tentative de temporisation avant l’épisode The originals de la semaine prochaine. Le problème ne vient pas tant de l’épisode en lui-même qui est plus rythmé que les précédents. Le problème vient du contenu horriblement vide et qui répète pour la énième fois la même chose.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Podcast: Seriespod 102 (3.28) : Des vrais humains, Leonardo et un marcheur

Bonjour, bonsoir à toutes et à tous. Nous sommes vendredi et donc, nous sommes là pour vous divertir et vous...

Fermer