Doctor Who – Episode 7.08

The rings of Akhaten

Saison 7, Episode 8
Diffusion vo: BBC 1 – 6 avril 2013

Alors que le docteur enquête sur Clara et ce qui la rendrait spéciale, il est amené à conduire celle-ci dans un endroit merveilleux, celui où toute la vie serait née d’après les croyances locales …

N’ayant jamais croisé une oeuvre de Neill Cross, scénariste de cet épisode, je ne peux juger de ces qualités ou non de scénariste et dans quelle mesure il a été libre dans l’écriture de ce second épisode avec Clara.

En effet, ce second épisode est un classique des classiques: il doit montrer que la nouvelle campagne en a, est douée, attachante et justifier donc sa présence aux cotés du docteur, en plus de son mystère mystérieux. L’épisode se retrouve donc centrée sur elle, se chargeant de la développer, de lui donner de l’épaisseur et de la rendre sympathique. Et sur ce point, l’épisode et l’actrice font parfaitement passer ce qu’il faut. On ne peut qu’apprécier encore plus Clara à la fin de ce second épisode. Malheureusement, cela se fait au prix d’une prévisibilité et d’un trop gros classiscime. Tout le déroulé de l’épisode se voit venir de très loin, avant même que Clara rencontre la gamine. (elle va rencontrer la gamine, la convaincre d’accomplir sa tache sans savoir les conséquences, percuter sa bourde, regarder le docteur tenter de réparer la bétise, la réparer elle-même)

L’épisode ne surprend jamais, ne sortant jamais de ce cadre déjà vu avec les précédentes compagnes du nouveau millénaire. C’est dommage parce que trop répétitif (un peu comme les premiers épisodes de Sentai. Et maintenant, remerciez moi d’imaginer Matt Smith en spandex rouge) et cela plombe un épisode qui en plus, hésite entre l’action et le sentimentalisme, sans jamais parvenir à trouver un bon équilibre entre les deux, avec une action trop cheap et des dialogues souvent plats et pompeux (ce discours face au méchant …)

Mais bon, malgré ces défauts, malgré le coté parfois somnifère ou décrocheur de l’épisode, l’ensemble parvient tout de même à dégager une atmosphère positive. Et tout cela grâce à la dynamique et charmante Clara qui s’avère être aux antipodes des derniers épisodes de Amy (Karen Gillian semblait quand même s’emmerder grave dans les 5 premiers de la saison), mais aussi grâce aux décors qui nous font nous évader enfin. On avait un peu oublié le coté spatial du Tardis, qui sous sous l’ère des Williams, nous emmenait parfois ailleurs, mais c’était toujours sur une planète trop « humaine » pour faire illusion. Là, on retrouve enfin des croyances différentes pour des aliens bien différents d’un humain de base. Et cela implique donc le retour des costumes en mousse peu crédibles que j’adore  (encore l’effet sentai ! Oui, maintenant, plus jamais vous ne pourrez voir le docteur autrement que comme un power ranger ou un bioman refoulé. De rien).

Bref, 5/10

L’épisode a des bons moments, un bon message (trop simpliste dans son exécution), une superbe compagne, des décors exotiques, mais le tout est dans un cadre trop rigide, peu inspiré niveau dialogues et trop formaté qui laisse un énorme impression de déjà-vu. En fait, l’épisode ne vaut que par son introduction (ah doctor pervers et doctor Kung fu) et sa fin. On peut faire autre chose durant les 25 minutes du milieu.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Test DVD : Chuck – Saison 5

Chuck - Saison 5 Titre original: Chuck Nombre d'épisodes: 13 - Nombre de DVD: 3 Editeur: Warner Home Video  ...

Fermer