Mon top 10 des grands classiques Disney récents – #4

Ah ! On est presque arrivé au podium. Quel film peut faire mieux que les 6 déjà classés mais moins bien que trois autres ? Hmmm. La réponse arrive ci-dessous. Je rappelle que ce top est mon top et par conséquent totalement subjectif. De même, il ne concerne ici que les films sortis à partir des années 90, ce qui est considéré par beaucoup de monde comme l’âge d’or des classiques d’animation Disney. Dans cette catégories, on retrouve tous les films n’étant pas e nprise de vue réelle (Mary Poppins par exemple), les suites (Mulan 2 par exemple), les productions à destination de la vidéo (La bande à picsou le film par exemple) ou les coproductions (donc les Pixars comme Toy Story)

#4 : Raiponce
(2010, 50ème classique; Réal: Nathan Greno et Byron Howard)

Les années 2000 furent difficiles pour Disney. La firme se cherchait vraiment et devait se réinventer, pour éviter de tourner en rond après de nombreux films exploitant le même filon scénaristique à quelques variantes près. Sauf que la direction ne fut jamais trouvée avec des essais dans la SF ou le retour aux animaux. De plus, il fallait faire un choix entre 2D et 3D. Et si la princesse et la grenouille avait prouvé que la 2D avait encore sa place l’année d’avant, Raiponce va réussir l’exploit de concillier la 3D chérie des téléspectateurs depuis l’avènement de Pixar et le fond de commerce des classiques Disney: la princesse issue des contes.

Raiponce s’impose comme une princesse dans la lignée des belles princesses Disney des années 90: elle est courageuse, forte, curieuse et aspire à mieux que sa condition actuelle (enfin, pas besoin d’être une héroïne disney pour aspirer à sortir de la tour où elle est enfermée). Et l’aventure va frapper à sa porte et elle saura la saisir pour trouver sa voie et qui elle est vraiment. Raiponce revient donc à ce qui a fait la force et le succès des productions des années 90 et le public saura répondre présent puisque Raiponce sera l’une des plus grandes réussites du studio niveau box office (second plus gros succès de Walt Disney Pictures au niveau international derrière le Roi Lion).

Et comme à la grande époque, Raiponce fonctionnera en tant que princesse réussie parce qu’elle a un vis à vis à sa hauteur avec Eugène « Flynn Rider », le voleur charmeur au grand coeur. Il sort vraiment des canons habituels des princes à la Disney et c’est un vraie réussite. Le personnage est vraiment fun. Il apporte un vrai plus par son originalité, son bagout, sa tchatche et ses capacités d’improvisation et son positivisme.

L’ennemie est également réussie. Mère Gothel s’impose joliment et pourrait faire une bonne épouse à Jafar d’Aladdin tant elle s’avère manipulatrice, égoïste, profiteuse et calculatrice. Et les personnages secondaires s’avèrent aussi réussis que ça soit les barbares aux grands rêves ou encore Max, le super cheval. D’ailleurs, en parlant de Maximus, il faut aussi ajouter le petit caméléon de Raiponce. Tous deux sont d’excellents animaux de compagnie, réussis car toujours présents sans jamais être gonflants comme c’est trop souvent le cas.

Et le tout est porté par une technique 3D parfaitement au point, fluide et réussie ainsi que de très jolies compositions musicales qui font de la bande originale des musiques de fond, l’une des plus réussies et agréables de Disney à écouter chez soi.
Enfin, dans le positif, il y a également toutes les petites trouvailles géniales comme la poele instaurée en arme absolue, ou le coup des gamines qui font la tresse ou encore les rêves improbables des barbares. Toutes ces petits touches participent au fun global qui se dégage de ce film.

Alors pourquoi Raiponce n’apparait pas dans mon top 3 si le film n’a que des qualités ? Et bien, la raiponce (oui, elle était facile celle-là) est le scénario. Si celui-ci ne souffre d’aucun défaut particulier, évite les grosses ficelles scénaristiques et offre un rythme prenant au film, alternant bien scènes d’action, de romance et d’humour, il s’avère finalement bien trop ultra classique. Il ne sort jamais du moule et ne surprend jamais. A aucun moment, le scénario n’ose sortir de la ligne directrice archi usée de ce type de film. Un peu plus de folie n’aurait pas été de trop. Le film aurait gagné à parfois s’éloigner des clichés de ce genre d’histoire. Le film n’en aurait été que plus enrichi. Et je ne demandais pas non plus à Raiponce de partir loin du chemin tout tracé. Juste quelques petits écarts agréablement surprenants.

Au final, Raiponce est un film à voir absolument. Malgré son scénario bien trop classique, ce sont 1h30 de fun, d’action et de romance parfaitement dosées et équilibrées qui vous attendent.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Un commentaire pour “Mon top 10 des grands classiques Disney récents – #4”

  1. tao dit :

    J’ai été très surpris par ce dessin animé. Il est finalement très moderne et Raiponce est la réponse ( hi hi !) aux héroines souvent nunuches de Disney. Son compagnon est aussi sympathique et l’ensemble est fluide et plaisant à suivre, y compris pour les plus grands accompagnant les plus petits au cinema.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Podcast: Minipod : Once upon a time – Saison 2, partie 1

Bienvenue dans notre monde merveilleux des Minipods. Ce n'est pas la magie de Noël qui opère encore quelques jours après,...

Fermer