Pilote: Pretty Guardian Sailor Moon (drama – 2003)

Pretty Guardian Sailor Moon

Série en 49 épisodes et 2 spéciaux
Diffusion vo: TBS et CNB – 4 octobre 2003/25 septembre 2003

Usagi (Bunny) est désignée par Luna pour devenir Sailor Moon, l’une des senshis ou guerrières de la lune protégeant la Terre des forces du mal de la Reine Beryl en compagnie de ses amies sailors …

Sailor Moon … Probablement la licence de Magical Girls la plus célèbre du manga japonais, ayant réinventé et relancé le genre en 1992 lors de son arrivée sur les étals des libraires. Appliquant les codes du sentai au genre, Naoko Takeuchi a bercé de rêves toute une génération de jeunes filles qui se sont prises à un moment ou un autre pour la princesse de la lune, dans les bras du beau prince Endymion. La force de la série était également de ne pas laisser totalement les garçons sur le bord de la route. Ah l’enchainement DBZ / Sailor Moon du club Do rappelle de bons souvenirs comme quand l’autre chieuse de fille du futur est corrompue par le mal et devient toute grande. Hmmm …

Coté pitch, c’est assez simple: Usagi (Bunny Riviere en vf) est une tête en l’air mais qui se trouve posséder en elle le pouvoir de devenir une guerrière de la lune, Sailor Moon pour être plus exact (et plus par la suite) et elle est entourée de Sailor Mercure, Mars, Jupiter et Venus au début pour combattre l’armée du mal de la Reine Beryl. Partant sur des bases simillaires, le manga et l’anime vont néanmoins rapidement diverger sur de nombreux points, Toei ressentant certains passages comme peu adaptés au public visé par l’animé. Et si je me décide à parler de Sailor Moon maintenant, c’est parce que les droits ont enfin été débloqués et que le manga vient d’être republié dans une superbe édition en France (tome 1 tout fraichement sorti, tome 2 début septembre). Il ne reste plus qu’à ce qu’un éditeur vidéo et une chaine se décide enfin à ressortir l’animé avec la saison 5 jamais diffusée par chez nous et si possible une vf refaite vu la qualité douteuse de l’adaptation (alors que les voix choisies étaient excellentes)

Et donc vu le succès du manga et de l’animé qui a duré jusqu’en 1997, les producteurs ont eu la bonne idée de poursuivre l’aventure notamment au travers de spectacles. La popularité de Sailor Moon ne s’est jamais démentie et un gars a eu l’idée qu’il pensait géniale d’en faire un drama live, avec des vraies actrices et voilà donc Pretty Guardian Sailor Moon qui arrive sur les écrans japonais en 2003 et dont je vais vous parler des débuts ici (n’ayant pas encore vu toute la série mais juste les 2 premiers)

Et ce premier épisode ne se foule pas scénaristiquement parlant puisqu’il reprend à la lettre ou presque le premier épisode de l’animé et le premier « act » du manga. On est donc en terrain connu, mais il parait que la série s’éloigne de l’animé et du manga à l’arrivée de sailor jupiter. On verra bien d’ici là.

Et honnêtement, ces deux premiers épisodes vus m’ont laissé dans un état proche du « pincez moi je rêve ». J’ai cherché tout autour de moi mais je n’ai pas trouvé trace d’un quelconque signe que j’aurais été drogué à mon insu. C’est tout simplement horrible et cela prouve que tout n’est pas adaptable. Si scénaristiquement, ça passe, tout le reste peine à se transposer à l’écran. Déjà, avec la caractérisation des personnages. Si Usagi tête en l’air, hyper expressive passe bien en animé et en manga, ça ne passe pas du tout en live. Elle est au choix à baffer ou à prendre en pitié. Et elle n’est pas aidée par l’actrice qui a là son premier rôle et qui n’avait que 16 ans lors de la diffusion (comme toutes les sailors d’ailleurs). Là encore, de ce que j’ai pu lire, cela s’améliore par la suite avec une optique plus sur le drama des personnages que les combats mais bon, je demande à voir quand même parce que le chemin pour rendre supportable Usagi va être super long.

Et si il n’y avait que cela qui clochait … Mais visuellement, la série date de 2003 mais on dirait un truc amateur fait avec le camescope de papa en 95 … C’est juste horrible à regarder d’un point de vue technique. La réalisation fait vraiment trop vidéo et les décors sont vides. Je crois que même France Five, production amateur est mieux réalisée que cela. Et c’est d’ailleurs probablement  mieux à tous les points de vue parce que bon, là, les costumes, ça fait vraiment trop costumes piqués sur des perdants à un cosplay sailor moon. C’est très moche. Très ridicule en fait.

Mais ce n’est rien à coté du chat Luna qui est juste trop chelou (ou chatlou … hihihi). Nan mais qui a pensé que c’était intelligent et visuellement stimulant un chat en peluche qui passe en 3D des années 80 dans certaines scènes ? Il faut le brûler sur la place publique ce « génie ».

Alors oui, il faut remettre la série dans son contexte. Elle est avant tout destinée à des jeunes filles, des très jeunes filles, mais ce n’est pas une raison pour se moquer d’elles avec un produit plus qu’au rabais même en 2003. La licence méritait plus de soins que ça. En espérant que ça s’améliore par la suite. De toute façon, elle ne peut pas vraiment faire pire visuellement parlant.

Bref,

C’est très chelou, très japonais dans l’esprit. A voir quand même pour rigoler un bon coup.


Le générique:



Toutes les transformations (attention, spoilers après Sailor Venus)

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

3 commentaires pour “Pilote: Pretty Guardian Sailor Moon (drama – 2003)”

  1. Rory dit :

    Je ne me rappelle plus ce que j’ai exactement pensé du premier épisode, qui effectivement reprend de manière assez basique la première histoire du manga/animé (laquelle est d’ailleurs elle-même assez basique), mais je peux dire que j’ai énormément apprécié ce drama.

    L’histoire est très bien développée, les personnages aussi, avec une mention spéciale pour Mamoru qui n’était quand même -du moins à mon opinion- très souvent qu’un gros inutile mal habillé dans l’animé, et qui arrive à trouver une place équilibrée et utile dans ce drama (oui, le fait que l’acteur soit particulierement mignon aide aussi 😉 ). Seul le traitement des 4 généraux m’a un peu décontenancée, tant il était différent de celui de l’animé (et finalement trop peu développé dans le manga) mais j’ai trouvé qu’au final, c’était plutôt pas mal fait.

    J’espère donc que tu continueras le visionnage parce que ça en vaut vraiment la peine, apportant de la valeur ajoutée par rapport au manga et à l’anime. Il ne faut surtout pas s’arrêter au kitsch, qui est complètement assumé, recherché, et parfaitement intégré à l’ensemble ! (et pour pousser encore plus loin de côté délire, il faut absolument essayer de voir la petite parodie française de ce drama, animée façon South Park, dont l’épisode musical notamment est exceptionnel !!)

  2. Nakayomi dit :

    Bon, quand même… Tout le monde l’a toujours dit que ce drama, c’était du kitsch totalement assumé ! Alors oui, tout ce que tu dis est entièrement vrai… Mais c’est aussi ça qui s’avère tellement jouissif au final dans ce drama qui se révèlera bien plus riche que cette première approche (déconcertante, certes). Pour moi, tout est assumé à fond, des costumes très cosplay à la Luna en 3D ou manipulée à la main… La série en joue.

  3. Nico Speedu dit :

    Rassurez-vous, j’a icontinué et je les enchaine là. C’est effectivement très fun tellement à la masse que c’est juste trop excellent !

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Podcast: Seriespod 74 (2.38): Plounk le quizz des vacances

Bonjour, bonsoir à toutes et à tous. Cette semaine, nous nous retrouvons pour la dernière fois de la saison (mais...

Fermer