Pilote: Saving Hope

Pilot

Saison 1, Episode 1
Diffusion vo: NBC – 7 juin 2012

Suite à un accident, Charlie est dans le coma mais « voit » ce qu ise passe à l’hôpital et les difficultés qui attendent Alex, sa fiancée chirurgienne désespérée …

On peut dire que j’étais assez impatient de découvrir cette série, en raison de son casting qui fait rêver: Michael Shanks, Erica Durance et Daniel Gillies. Daniel Jackson, Lois Lane et Elijah. Miam. Enfin, j’ai quand même un problème vu que Lois Lane veut épouser Hawkman. Quand Clark va savoir ça, ça va foutre un bon bordel au sein de la ligue/société des justiciers ….  Oui, Smallville me manque. Beaucoup. A la folie. et non, je ne dirais pas « pas du tout ».

Et malheureusement, même si mes attentes étaient limitées (drama médical oblige), j’ai très vite déchanté. En fait, dès la cinquième minute, quand on nous embarque dans le « 12 heures plus tôt » qui dure 10 minutes et ne sert strictement à rien. On avait déjà établi dans les 5 premières minutes qu’ils sont amoureux fous et qu’ils sont super doués en médecine. Pas besoin de 10 minutes longues, qui ne font que montrer les têtes des internes qu’on en a rien à secouer et nous montrer qu’ils sont amoureux fous l’un de l’autre. Ah si, on voit « Elijah de Vampire Diaries » arriver en super médecin mais bon, la suite l’expose tout aussi bien.

La suite alterne entre moments de déprime de Alex et cas médicaux de la semaine qui sont juste trop … pas assez … enfin, c’est de l’archi vu et revu avec l’accouchement qui se passe mal ou le brave soldat qui fait la gueule et que personne lui a dit qu’on n’était plus sur PS2 et qu’un GTA existe sur PS3 en bien plus beau. Et puis il y a le cas du mal de ventre à cause de la potion d’amour. Zouper tout ça.

En fait, ce n’est pas la banalité qui plombe ce coté médical (toute intrigue parait déjà vue et banale après 15 d’Urgences), c’est plus dans l’écriture que ça pèche. C’est plat, affreusement plat, prévisible à mort et ponctué de dialogues affligeants. C’est vraiment l’énorme point faible de ce pilote dans son ensemble: aucun dialogue n’est percutant, c’est juste convenu et on peut les réciter par coeur avant eux.

Mais même si ces dialogues sont horribles, il y a encore pire: la réalisation. Le lens flare, c’est déjà pourri et absolument pas stylé quand c’est discret (genre Star Trek le film by JJ) mais là, c’est à tous les plans, sur TOUTES les putains de lumières. AAAArrrrrrrrg ! Autant, ça aurait pu se comprendre sur les scènes de fantomas Charlie, histoire de donner un coté un peu irréel mais sur toutes les scènes, c’est juste trop énervant.

Bref, 3/10

Plat, froid, banal. Pas grand chose à sauver de ce pilote horriblement banal et sans ambition. Juste un point par acteur. Je vais encore tenter le 2 mais je n’irais pas au delà de 5 minutes si ils ne se sont pas calmés sur le lens flare !

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Podcast: Seriespod 71 ( 2.35) : cons(ol)eils d’été

Bonjour, bonsoir à toutes et à tous. Cette semaine, on s'est dit qu'on pouvait vous conseiller quelques séries qu'on peut...

Fermer