Touch – Episodes 1.08 à 1.12 – Season finale

Zone of exclusion / Music of the spheres
Tesselations / Gyre part 1 & 2

Saison 1, Episodes 8 à 12 sur 12
Diffusion vo: FOX – 3 / 31 mai 2012

Martin et son fils Jake continuent dinfluer sur la vie des gens grâce aux nombres alors que se dessine une corporation prête à tout pour mettre la main sur Jake.

Bon désolé de ne plus avoir fait les reviews épisode par épisode mais il y avait peu à dire. Les cas de la semaine étaient juste inintéressants et j’aurais dis beaucoup de mal des fonds verts (ah le fond vert de la télé représentant la jumelle sur un fond vert de Paris … Grandiose). On a donc du sauvetage de navette spatiale, des réunions de jumelles, un docker, une tablette offerte à une racaille s’occupant de son frère retardé, un brésilien qui vend sa guitare et un jeune couple israelo palestinien qui veut sauver son amour. Enumérer comme ça, ça a l’air bien. Mais l’exécution est limite. C’est juste intéressant, ça manque de liens concrêts avec Martin la plupart du temps  et l’impact est proche du néant. La preuve de cela ? Aucun des « sauvés » n’intervient dans le finale qui se fait un grand plaisir de faire réapparaitre les premiers intervenants de la saison. Du coup, j’ai quand même fortement l’impression qu’on a eu Tim Kring qui avait du matériel pour 6/7 épisodes et qu’on a étiré le tout sur 12 épisodes en remplissant avec des histoires sans intérêt et sans émotion.

L’autre preuve tient en la sorte de complot des institutions qui avance très très lentement. Un demi indice par épisode pour conclure sur une incertitude finalement. On a aucune preuve que le machin de garde est derrière le complot, on est peut-être juste face à une conne de bureaucrate. Enfin, le complot existe bien quand même. Les travaux de Teller ne se sont pas faits la malle tous seuls par exemple. Mais bon, du coup, pourquoi aller les chercher seulement maintenant alors qu’ils savaient ?

Bref, on peut assez facilement sauter les 8 à 10 et on n’aura rien perdu ou presque. Et arrive alors le 11 qui tente de relancer la machine avec l’arrivée de Lucy, la mère d’Amélia qui continue à croire en les chiffres et se retrouve ainsi sur une plage à aider un mec qui était dans le tsunami japonais de l’an passé et récupère les débris et objets que la mer rejette sur la cote ouest des Etats Unis. Il y a là référence claire à l’actu (On a entendu dernièrement dans les actus un ballon autographié retrouvé en Alaska ainsi qu’une moto) mais aussi à Heroes. Comment ne pas y penser en voyant le sabre ?

Ce double finale a le mérite de faire enfin bouger les choses. Martin doit lutter pour ne pas perdre Jake face à Aster Corp et décide de fuir avec lui. C’est ainsi qu’on revoit les divers personnages croisés dans les premiers épisodes. C’était sympa, plutôt bien géré et il y avait enfin ce sentiment que les choses progressaient. Mais bon, le double épisode souffre quand même d’un énorme problème de rythme avec des passages tantôt bien rythmés et des gros coups de mou. Sans oublier les quelques longueurs pour tenir, comme tout le passage à la gare routière avec les deux gars clichés les poursuivant ou toutes les scènes entre Lucy et le gars qui cherche ses musiciens.

Au final, Touch souffre du défaut de Heroes: un très bon démarrage, une série s’annonçant captivante mais qui s’enlise assez vite. Le problème de Touch est que le coté feuilletonant des mystères autour de l’équation Amelia est beaucoup trop étiré et un micro indice par épisode, c’est trop peu et que les épisodes reposent sur les cas de la semaine et leur intérêt variable. Malheureusement, une fois passés les premiers qui ont eu du temps pour être travaillés, les cas deviennent de plus en plus simplistes, sans véritable lien avec Jake et du coup, sans grand intérêt. Oui, c’est cool que la vlogueuse ait trouvé le grand amour mais c’est quoi le rapport avec Jake et les numéros ? On a quand même eu un paquet de cas dans le genre sur la seconde partie de cette demi saison. C’est trop pour vraiment réussir à captiver plus que ça le téléspectateur. Dommage.

Bref, 8/10 pour le final, 6/10 pour la saison.

Un bon final mais qui parait arriver trop tard, après une demi saison faite d’épisodes sans grand intérêt, étirant le mystère bien trop en longueur. Le final s’avère plus dynamique, fait avancer les choses et me donne de l’espoir quand à un rebond grâce à l’addition de Lucy.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Avatar, le dernier maitre de l’air – Bilan

Avatar the last airbender 3 saisons, 61 épisodes Diffusion vo: Nickelodeon - 25 février 2005 / 19 juillet 2008 Diffusions...

Fermer