Fringe – Episode 4.21

Brave new world, part 1

Saison 4, Episode 21 sur 22
Diffusion vo: FOX – 4 mai 2012

L’équipe Fringe se retrouve à enquêter sur des cas de combustion spontannée qui impliquent David Robert Jones et d’autres personnes inattendues …

Bravo à la production de Fringe. Réussir à garder le secrêt de la présence de Leonard Nimoy, c’est fort, surtout actuellement, où tous les secrets sont rapidement éventés avec internet. Belly est donc dans la place et de face et tout et tout, toujours avec sa dentition de l’impossible. Non parce que plus l’épisode avançait, plus il était évident que Bell était derrière tout ça et quand Jones va dans la pièce, je n’y croyais toujours pas. Je me suis dis: ça va être une doublure avec la voix de Nimoy. Puis, quand il se retourne, je cherchais le trucage numérique genre « on a pris une scène tournée il y a deux ans et zou, on la recolle là en trafiquant un peu les choses ». Et puis non, Spock était bien dans la place. Wouhou !

Il s’avère donc qu’il est derrière tout ça. Mais comment ? Sa présence lève beaucoup de questions. Je me disais qu’on était revenu dans un monde « normal », avec oubli de cette idée « Peter n’a pas existé alors on change tout » et puis en fait non, la présence de Bell ne collant pas. D’un autre coté, sa présence dans l’ambre en 2036 ne collait pas non plus, mais on aurait pu avoir une pirouette entre notre présent et ce futur pour expliquer cela. Mais là, non seulement il est là dans notre présent mais en plus, c’est lui qui complote depuis le début et veut faire pleins de porc épics volants.

Jones n’était donc qu’un pion, dans tous les sens du terme. C’était lui l’élément sacrifiable, le « Bishop » de l’histoire (accrochons nous pour la vf sur ce point). J’en suis presque dessus. On nous l’a vendu comme un génie du mal scientifique et il s’avère qu’il n’est qu’un simple exécutant qui n’a même pas la rage quand il comprend qu’il s’est fait utilisé. Et son utilisation n’avait pour but que d’activer les capacités latentes de possession/télékinésie d’Olivia. Moui, pourquoi pas. Enfin, j’ai plus l’impression que les capacités d’Olivia sont surtout dépendantes des besoins des scénaristes que d’une vraie réflexion derrière cela. Mais je ne vais pas m’en plaindre. La voir diriger Peter en combat, c’est mieux que de la voir faire une tête gros caca pour allumer des loupiottes.

Avec la disparition de Jones, on entamme vraiment la cloture des histoires. D’ailleurs, cette fin de saison a vraiment été pensé comme une potentielle fin de série. Le mouvement entamé depuis la mi saison vise à boucler un maximum de choses, tout en s’en gardant avec une intrigue totalement différente, celle de 2036. Maintenant, comment va s’achever la saison ? Cet épisode ne me donne que peu d’indices je dois dire et cela me plait bien. Je pense que Walter va négocier avec Bell pour sauver Astrid, et que cela va avoir pour conséquence de conduire Olivia à la mort moulte fois annoncée. D’où son énervement plus que palpable envers l’ambré Bell du futur et la présence de Astrid là-bas. Mais à part ça (et je me plante sûrement en plus), je ne vois qu’une fin à la Lost, avec une scène finale WTF. Non, pas une fin « it’s magic, dude » mais une fin dans le genre « tiens au fait, on est dans le futur, je dois me raser et on doit retourner sur l’île »

Mais avant toutes ces hypothèses sur la seconde partie, il reste tout de même le coeur de cette première partie. Et de ce coté-là, c’est sympa à suivre. Le cas de la semaine est intéressant même si sa résolution semble trop facile et qu’il y a dedans la très insupportable Rebecca Mader et son accent encore plus insupportable. Le coté sympa vient plus du dynamisme apporté par le couple vedette de la série (non, pas Broyles et Gene mais Peter et Olivia). Les voir concrêtement agir et en prime, avec développement de pouvoirs, c’est agréable. Et Walter et Alex Astrid ne sont pas en restes. Là encore, le duo fonctionne bien et rappelle un peu la saison 2 où à plusieurs reprises, Astrid s’est retrouvée à « materner » Walter et que le duo allait sur le terrain. Et puis Kung Fu Astrid, c’est quand même drôle. La fin avec la ballounette, beaucoup moins. Heureusement, John Noble est là pour livrer encore une scène parfaite qui nous fait mouiller les yeux comme il faut lorsque Astrid s’effondre. Ca n’en fait qu’une de plus à la longue liste de scènes parfaites de l’acteur, y compris tout le passage à l’asile cette semaine.

Bref, 8/10

Une première partie intéressante à suivre, bien rythmée, avec des bonnes surprises. On passera sur les quelques facilités et l’idée à la c*% de caster Rebecca Mader. En tout cas, le final est très bien lancé.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

3 commentaires pour “Fringe – Episode 4.21”

  1. delromainzika dit :

    Elle est vraiment forte la Rebecca Mader, pour être toujours au top niveau dans le « Je joue comme une carpe ».

  2. Kevinde dit :

    La pièce du « Bishop » étant le « fou » aux échecs, je pense que ça reste cohérent 🙂

  3. Nico Speedu dit :

    oui, mais il y a aussi le jeu de mot entre la pièce et Peter 😉

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Once upon a time – Episode 1.21

An apple as red as blood Saison 1, Episode 21 sur 22 Diffusion vo: ABC - 6 mai 2012 Blanche...

Fermer