Touch – Episode 1.04

Kite strings

Saison 1, Episode 4
Diffusion vo: FOX – 5 avril 2012

Alors que Abdul continue à persévérer dans le comique et ses amis dans la musique, Martin apprend une terrible nouvelle au sujet de sa femme qui s’avère être un maillon fort de liens …

Ca y est, on sait maintenant quand la série pourra sauter le requin: quand Martin apprendra que sa femme n’est pas morte mais qu’elle est à la tête d’un complot d’esclavagisme de petits autistes afin d’influencer le monde comme elle le souhaite. Oui, je vais loin, mais quand on saute le requin, il faut y aller franco (ou james, comme vous voulez).

Donc on revient sur la femme de Martin, décédée dans les tours jumelles le 11 septembre 2001. On découvre ainsi une nouvelle vie qu’elle a influencé et que ce jour a marqué, celle d’un coursier en vélo qu’elle était la seule à voir comme une personne et qu’elle a aidé à progresser en maths, afin qu’il ait son diplome pour ne plus faire de vélo dans Manhattan, chose dangereuse, alors qu’il venait d’avoir une famille. C’est touchant, principalement quand ce Bobby exprime ses regrêts de ne pas avoir sû l’aider ce jour-là, d’être resté comme une statue au lieu d’aller essayer de l’aider à sortir des tours au moment où les consignes de sécurité étaient de ne pas sortir des tours justement.

Toute l’intrigue entre martin et Bobby sert avant à tout à ce que les deux hommes se libèrent du poids pesant sur leurs épaules, Bobby et sa culpabilité de ne pas avoir aidée Sarah, qu’il réglera e nsauvant Jake et Martin qui n’a rien de physique sur quoi se reccueillir, chose qu’il obtiendra avec la bague de sa femme qu’elle avait laissé chez le bijoutier pour la faire graver. Les conclusions sont belles mais le chemin pour y arriver est plutôt pataud. On aurait largement pu se passer de la suspicion d’abandon de sa famille par Sarah tout comme la rencontre aurait pû être plus dynamique, moins forcée entre les deux hommes. Suivre les contours et détours pour parvenir à son appartement puis la discussion sans rythme entre eux deux étaient assez longuets.

Mais Sarah a également influé sur le cours du destin du gagnant du loto, vu déjà dans le pilote, qui cherche ici quoi faire. Est-ce un signe d’avoir gagné à la loterie avec les numéros marquants de cette journée ? Et que faire de cet argent pour cet homme rongé par la culpabilité de ne pas avoir réussi à sauver Sarah malgré les efforts colossaux qu’il a fait pour essayer ? On voit ainsi l’opposé de Bobby, un homme qui a donné tout ce qu’il a pu pour essayer de la sauver mais sans succès et avec un poids similaire sur les épaules. Et ce poids, comme pour Bobby, il sera retiré de ces épaules par Jake au cours d’une intrigue mélant de nombreuses personnes de façon plutôt habille en poussant le prêtre que va voir cet homme a aller en Allemagne voir son amie militaire blessée en Irak et retrouvée grâce à l’explosion du relai électrique parce que le courant a sauté à cause d’un mauvais réglage de l’ampli de Abdul, mauvais réglage dû à l’internaute conseil en raison de l’intervention de Jake sur sa fenêtre et sa parabole. Tordu mais prenant comme lien, surtout que l’ensemble s’enchaine parfaitement alors qu’à priori, rien ne justifiait que ces endroits éloignés puissent interagir les uns sur les autres. La théorie des six degrés de séparation et du battement d’aile d’un papillon sont parfaitement exploitées ici.

Bref, 7.5/10

Comme la semaine passée, l’épisode peine à trouver un équilibre satisfaisant avec une très bonne intrigue des gens loins de Martin qui lui a par contre une intrigue à la belle conclusion mais au déroulement plutôt poussif. Et puis il y a une énorme erreur, un oubli impardonnable: les barbies japonaises !

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Un commentaire pour “Touch – Episode 1.04”

  1. m0k45 dit :

    JUST TOO MUCH

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Podcast: Minipod: Morts ou vivants les fermiers ?

Nous sommes en vacances, partis chercher les oeufs dans le jardin. Mais nous ne pouvions pas laisser vos oreilles vierges...

Fermer