Pilote: GCB

Pilot

Saison 1, Episode 1
Diffusion vo: ABC – 4 mars 2012

Amanda revient dans sa ville natale de Dallas, Texas, après la mort de son mari californien. Sauf que ce retour ne plait pas du tout aux quatres qui ont souffert au lycée à cause de sa méchanceté de l’époque …

Je ne partais pas avec un mavais à-priori sur cette série. Le pitch aurait pu donner quelque chose de sympa et drôle et les quelques extraits étaient plutôt bons. Et puis est arrivé ce pilote et ses dialogues à s’en crever les tympans et un zombie échappé de The Walking Dead.

Les contes de la crypte sont relancés !

Oui, comment qualifier autrement Kristin Chenoweth ? Entre son anorexie et sa chirurgie faciale réalisée au tracto-pelle, elle n’a plus grand chose d’humain. Je suis sûr que c’est la soeur cachée de Dallas (Cheryl Hines) dans Suburgatory. Ou alors elles ont juste le même ouvrier en bâtiment reconverti en chirurgien inesthétique. Et finalement, je suis sûr qu’on nous a caché que ces deux séries étaient soeurs jumelles s’ignorant. On retrouve le même monstre facial dans les deux, on retrouve les mêmes vieilles superficielles, on est sur le même network et le look over ze top prime à mort. GCB se place donc clairement comme le pendant drama de Suburgatory.

Sauf que le pilote de Suburgatory était très efficace. Là, bah c’est pathétique dans le fond. Amanda a évolué, bien évolué, est une jeune femme moderne, à l’aise et sympa. Les autres sont restées coincées à l’âge mental de 8 ans. Et voir des quarantenaires se comporter comme des pré ados, bah, faut aimer le genre. Moi, ce n’est pas mon cas. Tout est fait pour forcer le trait à mort sauf que l’ensemble s’avère assez prévisible et surtout, très mal dialogué. De plus, c’est quoi au fond le but de cette série ? Assister à des gamineries pendant 10 épisodes ? Si la série tient aussi longtemps, ce dont on peut douter vu les résultats de ce pilote et le concensus négatif se dégageant sur internet (enfin, si on peut considérer Internet comme un reflet partiel de l’opinion général).

Actor's studio !

Heureusement, la forme marche mieux. Les tenues s’accordent assez bien avec le style de vie représenté par ces femmes. Globalement, les scènes s’enchainent logiquement et à un bon rythme et le casting s’avère bon dans son ensemble. Enfin, pas mauvais au moins. Malheureusement, il manque très vite d’équilibre dans ce casting porté par les 5 femmes et quelques plantes autour. Il risque de manquer très vite de ressorts différents amenés par ces personnages, d’autant qu’ils sont tous très (trop ?) stéréotypés et rien dans ce pilote ne semble indiquer une possibilité pour eux de sortir du cliché, ou alors cela se fera sur la longueur (comme les maris de Desperate Housewives par exemple)  mais cette série n’aura probablement pas de longueur.

Bref,

Une forme correcte pour ce pilote mais un fond qui ne fait pas du tout mouche pour moi. Je conçois parfaitement qu’on puisse aimer ce délire exagéré, et je suis heureux pour ces personnes qui passeront 42 minutes à se bidonner mais malheureusement, ce n’est pas mon cas. Je laisserais encore un ou deux épisodes « pour voir » mais je crains de ne pas aller plus loin. Et surtout, j’ai très peur de l’évolution de la série. Il suffit de voir la très plate Suburgatory aujourd’hui par rapport à son pilote hyper exagéré.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Once upon a time – Episode 1.14

Dreamy Saison 1, Episode 14 sur 22 Diffusion vo: ABC - 4 mars 2012 Leroy décide d'aider soeur Astrid pour...

Fermer