Hart of Dixie – Episode 1.16

Tributes and triangles

Saison 1, Episode 16 sur 22
Diffusion vo: The CW – 27 février 2012

George est élu homme de l’année de Blubell mais ce qui devait être une fête en son honneur va vite tourner au désastre …

Et Voilà, Zoé Hart nous quitte pour plus d’un mois alors que son père vient demain ! Les magies des pauses … Et le pire, c’est que Zoé a encore oublié sa hotness loin de nos écrans. Snif quoi ! heureusement, Wade est là pour compenser. Il dégaine le torse poils. Oui, avec un S parce qu’il fort bien pourvu le WIlson Bethel. C’est d’ailleurs bizarre pour une série The CW, je croyais que les torses imberbes étaient imposés par contrat. Et là, l’angle de vue, avec le soleil derrière, ça fait ressortir tous les poils et beurk quoi. Je sais que certaines aiment les torses d’ours et c’était donc un super épisode pour elles mais moi non. Donc voilà, 8/10 si on n’aime pas les poils de torse, 10/10 si on aime les torses à poils pour l’indice de hotness de la semaine de Wilson Bethel.

Du coté de l’épisode, on a une construction qui tourne autour de la place des pères et de l’impact qu’ils ont sur les couples de la série. L’épisode joue parfaitement bien avec les différents antagonismes de tous les personnages et tout coule bien fluidement de l’enchainement des actions et des twists qui s’avèrent tout de même assez peu surprenant. Pourtant, l’écriture structurelle fait tout bien passé, même quand, par exemple, Zoé se retrouve à devoir appeler son père alors qu’on pouvait facilement deviner dès la rupture du myocarde qu’elle allait devoir l’appeler à la rescousse.

Par contre, l’écriture des dialogues est moins tip top. Je prends par exemple le discours improvisé de Zoe. J’ai franchement du mal à y voir une énorme déclaration d’amour de la doctoresse pour l’avocat. Elle ne fait que lister les qualités et les réalisations de George sans en rajouter 15 tonnes dans les superlatifs. Je veux dire que Lavon aurait pu faire ce discours à quelques mots près. Du coup, y voir une déclaration d’amour, mouais. Idem pour la jalousie de Lemon qui me semblait tomber mal au début de l’épisode. Ils sont tous les deux sur un banc, en public, même pas collés l’un à l’autre. Cela faisait scène entre amis et pas scène entre deux potentiels amoureux je trouve. D’autant plus que des scènes de ce type vues par Lemon, il y en a déjà eu et sans entrainer cette réaction chez la belle de Blubell. Ce ne sont certes que quelques détails mais voilà, moi, ça m’a fait un peu tiquer et m’a empéché d’entrer totalement dans l’épisode par moments.

Par contre, la fin se rattrappe formidablement bien avec tous les sous entendus qui passent vraiment très bien. Il n’y a pas besoin d’en rajouter 15 tonnes pour qu’on comprenne tous comme George l’énorme sacrifice que Zoé vient de faire pour lui en appelant son père à la rescousse. C’est clairement un élément déclencheur du futur de ces deux-là et c’est bien plus intéressant que ce que je pouvais craindre quelques minutes plus tôt, à savoir que George craque encore plus pour Zoé parce qu’elle aurait plongé avec succès ses mains dans la cage thoracique de son père. Mais maintenant, je crains le pire pour la survie du père de George. Ca sent la mort de celui-ci afin de renforcer la dramaturgie de ce couple, pour pousser George à retourner vers Lemon mais il risque d’être trop tard, elle ayant ressucomber à Lavon ou bien elle ne pourra pas lui pardonner d’avoir de forts sentiments pour Zoé.  Je ne suis pas super fan des histoires purement romantiques, surtout quand on est dans le cliché du genre mais je ne sais pas pourquoi, ici, j’adhère totalement. Merci l’écriture et l’interprétation.

Et puis il reste ce pauvre Wade qui sacrifie beaucoup lui aussi. Il va prévenir Zoé tout en sachant très bien que cela ne va que la rapprocher encore plus de George et donc loin de lui. Pourtant il le fait quand même. Et je dois dire que plus on avance, plus Wade s’avère autre chose qu’un simple sex objet. Et dans le même temps, George gagne aussi beaucoup et n’est plus le gentil gnan gnan des débuts. Je dois dire queje suis bien embêté pour choisir qui je veux pour remplir d’amour le petit coeur de Zoé maintenant.

Enfin, il reste Magnolia que j’adore, aussi bien pour son physique que pour son comportement. Elle est intéressante et apporte les touches d’humour de l’épisode avec son cracage pour les abdos de Wade avant de lui sortir qu’il pourra rien avoir entre eux. Et puis il y a ce vélo improbable pour une gamine de 8 ans qu’elle enfourche, avec le petit casque rose et tout ça. Un grand moment que cette arrivée en vélo improbable avant de dévorer des yeux l’homme au torse poilu.

Bref, 8/10

Un épisode fort émouvant, qui construit très bien son épisode pour arriver à une fin très touchante. Les personnages, leurs relations et leur passé sont superbement exploités et c’est un régal de suivre cet épisode, malgré les quelques petits défauts d’écriture qu’il y avait. Mais ils étaient obligés pour parvenir vers cette fin d’épisode.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Un commentaire pour “Hart of Dixie – Episode 1.16”

  1. zongo dit :

    Magnolia est sensée avoir 14 ans…Comme les héroïnes lycéennes de Pretty little liars qui paraissent avoir déjà fini leurs études supérieures.Ils bouffent trop de bœufs aux hormones sur CW!
    Mises à part ces réflexions sur l’âge du capitaine, j’ai beaucoup aimé l’épisode sauf le sacrifice de Wade. Le beau Wade, au torse délicatement velu,(l’indice de hotness monte à 10 pour ma part) voit Zoé s’éloigner et la très mineure Magnolia s’approcher.
    Un mois sans cette petite bulle de fraîcheur…Vite un hollywood chewing-gum mentholé!

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Fringe – Episode 4.14

The end of all things Saison 4, Episode 14 sur 22 Diffusion vo: FOX - 24 février 2012 Alors que...

Fermer