Torchwood (Miracle Day) – Episode 4.07

Immortal Sins

Saison 4, Episode 7 sur 10
Diffusion vo: Starz – 19 août 2011

Jack se remémore pile le bon souvenir qu’il faut dans ses siècles d’aventures passionantes.

Bon, c’est officiellement officiel, je hais Jane Espenson au scénario. Mais avec une puissance infinie et au delà. D’ailleurs, je crois que je vais tout simplement faire l’impasse sur Once Upon a Time qui me bottait bien, simplement parce qu’elle fait (encore) parti du pool des scénaristes de la série.

Remember, prevouisly on analysesenseries.com :

Donc, j’ai vu la bande annonce du 7 qui ne révèle rien en soi de spoilerisant, mais connaissant l’écriture à la truelle de Jane Espenson qui sera en charge de l’épisode, je m’en vais théoriser. On verra bien si j’avais vu juste. Donc ne lisez pas plus loin pour avoir un semblant de surprise quand la révélation tombera. (Oui, je suis modeste, je sais que je vais avoir raison)

Donc, l’épisode prochain, Gwen nous capture Jack (c’est dans le trailer). Ca sent la scène d’intro et quelques scènes de transition en voiture. Et puis tout le reste, c’est du flashback en tenue d’époque, avec un moustachu sur lequel Jack se jette.  Qui parie avec moi sur des lourdes vannes homosexuelles et le fait que ce moustachu est derrière le miracle et Phicorp et qu’il agit par vengeance pour une raison quelconque envers Jack ?

Résultat: Jack en voiture avec Gwen, de la trahison, des préjugés et clichés homosexuels et Angelo, le moustachu qui sait tout du miracle … Donc voilà comment passer 55 minutes d’une lenteur affligeante, tout ça à cause d’un trailer de 30 secondes qui permet de tout deviner à l’avance. Magnifique le talent surprenant d’écriture de Jane où tout tombe à l’eau, même l’intervention de Rex et Esther ou encore la réplique de Nana Visitor et son « mais de toute façon Jack va venir avec nous voir Angelo ». On notera au passage que Jane fait de Esther une tireur d’élite alors qu’il y a deux semaines, elle ramait pour faire un changement de graphique à l’ordinateur alors que c’est on boulot de base pour lequel elle a été formé … (en fait, c’est peut-être juste une longue-vue ^^ )

En fait, le gros problème vient du flashback qui est tout simplement mal placé. Je pense que tout le monde avait saisi dès l’arrestation de Angelo tout le reste de l’intrigue. Et du coup, la scène de fin n’a aucun suspens. D’ailleurs, pourquoi Jack pense à Angelo dans la voiture alors que bon, il le dit lui-même à Angelo qu’il a vécu des milliers d’aventures déjà. D’ailleurs Jack dit aussi qu’il couche avec tout ce qui bouge, peu importe son sexe, son espèce ou quoique ce soit mais finit encore avec un mec, moche de surcroit.

Et puis pourquoi décide t-il de tout lui dire ? Il n’y a aucune raison, à part la rupture de la règle par Jane de ne pas citer le docteur. Surtout que Jack pouvait faire exactement les mêms phrses, avec le même degré de compréhension pour le téléspectateur sans dire le mot « docteur », mais « ami » par exemple à la place. Bah tiens, je connais un gars qui a des compagnons pour vivre des aventures alors je vais faire pareil. Sauf que le docteur ne couche pas avec ses compagnes (sinon, amuse toi bien Steven Moffat pour t’en sortir sans passer pour un pervers détraqué avec tes révélations de la saison 6 partie 1) et qu’ne plus, ses compagnes ne sont pas des psychopates avec de lourds complexes par rapport à leur sexualité et leurs croyances.

Donc bref, Jack et Angelo enchaine les clichés (le gaydar par exemple …), les discours fleuve somnifère sur l’amour, et tout ça pour arriver à Jack qui plaque Angelo après que celui-ci l’ait fait torturer par des vieilles italiennes croyantes et stéréotypées avec au milieu trois mystérieux gars qui font une alliance et un triangle avec leurs bras pour sceller l’alliance … Bonjour la discrétion et bonjour la crédibilité pour faire une alliance avec un noir en 1927 … Apparament, Jane ne connait pas le principe de la discrimination des noirs aux Etats-Unis au début du 20ème sicèle (et pas qu’au début du siècle d’ailleurs)  mais elle maitrise celui du quota noir par équipe dans les séries.

Donc voilà, je me suis emmerdé très souvent, pour ne pas dire tout le temps, pire, j’ai du me repasser plusieurs scènes de dialogues parce que j’avais décroché tellement c’était long et cliché, et peu importe le tandem. J’ai relevé une demi-paupière lors des scènes de torture et encore, même là c’était décevnt car trop light du fait qu’on ne voyait pas vraiment les actes de torture.

En fait, le problème est que le flashback intervient au mauvais moment. Il aurait dû intervenir après que la bonne femme lui ait parlé d’Angelo. Bon, ça n’aurait pas rendu plus passionant le flashback mais cela aurait au moins évité de tout savoir à l’avance et pendant une semaine, on aurait pu se demander « mais qui est cet Angelo ? Une tortue ninja oubliée ? le pote à Jarod au Centre ? »

J’aurais aussi pu parler de l’enquête du jour pour sauver Roosevelt d’un goa’uld local mais non, c’était juste tertiaire comme intrigue et sans intérêt si ce n’est de fournir une excuse pour tirer dans la tête de Jack devant Angelo avec des flics qui agissent sans logique en capturant Angelo sans raison et en laissant le cadavre de Jack au milieu de la ruelle comme ça … Je pourrais aussi parler de Andy en super agent d’élite qu’il serait au Swat si il était américain mais non, c’est comme Esther, on va faire comme si c’était juste une hallucination ou un « t’es pas cap de faire de tel personnage ça » de la part d’un scénariste à Jane.

Bref, 1/10

Cet épisode était pour moi une vraie plaie très très chiante à suivre.

Vous pouvez laisser un commentaire, ou trackback depuis votre site.

Un commentaire pour “Torchwood (Miracle Day) – Episode 4.07”

  1. RORY dit :

    Félicitations pour la prédiction ! Je n’aurais quand même jamais pu croire que le moustachu du teaser allait être aussi DIRECTEMENT en rapport avec le miracle…

    A part ça, et quelques facilités, lourdeurs ou répliques écorchant les oreilles (« I come from a miracle island called Torchwood. » Sérieusement ?? 😐 ), j’ai pour ma part trouvé cet épisode très intense. La romance est peut-être un peu cliché, mais la question religieuse était malgré tout intéressante (pas forcement dans le traitement mais au moins sur le principe), de même que la possibilité d’apercevoir un Captain Jack différent, plus enjoué, plus libre, plus aventureux, du début de Torchwood, sorte de transition entre le charmant Jack de Dr Who et le Jack brisé de Torchwood.

    N’empêche, ce pauvre Jack doit facilement être le plus gros poissard de toute l’histoire de la science-fiction/fantasy. Le gars pas méchant, plutôt sympa même, mais qui ne méritait pas son immortalité et le statut de héros qui va avec, ce que le destin et les scénaristes se chargent de lui faire payer saison après saison.

    A part ça, toujours pas de nouvelles du père de Gwen… 🙄

Laissez un commentaire

Lire les articles précédents :
Dean et Sam au saloon
Supernatural – Episode 6.18

Frontierland Saison 6, Episode 18 Diffusion vo : CW - 22 avril 2011 Dean et Sam vont devoir affronter un...

Fermer